Publicité

19 avril 2021 - 19:28

Plusieurs programmes sont prolongés pour les travailleurs et les entreprises

100 milliards du fédéral sur 3 ans pour « guérir des blessures économiques »

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Ottawa investira 100 milliards de dollars d’ici 3 ans pour « guérir des blessures économiques » de la pandémie de COVID-19, a mentionné aujourd’hui la ministre des Finances, Chrystia Freeland dans son budget déposé à Ottawa.

Plusieurs programmes d’aide sont prolongés pour les travailleurs et les entreprises.

C’est le cas de la Subvention salariale d'urgence du Canada, qui a aidé plus de 5,3 millions personnes à conserver leur emploi selon le gouvernement, et de la Subvention d'urgence du Canada pour le loyer et la mesure de soutien en cas de confinement, qui ont aidé plus de 154 000 organismes à assumer les frais de loyer et d'hypothèque, ainsi que d'autres dépenses.

Les programmes de subvention salariale, de subvention pour le loyer et de mesure de soutien en cas de confinement, qui devaient expirer en juin 2021, sont prolongés. Le budget de 2021 propose de prolonger la subvention salariale, la subvention pour le loyer et la mesure de soutien en cas de confinement jusqu'au 25 septembre 2021.

Il propose également de réduire progressivement les taux de la subvention salariale et de la subvention pour le loyer, à compter du 4 juillet 2021, afin d'assurer l'élimination progressive des programmes, à mesure que les vaccinations sont administrées et que l'économie se remet en marche.

Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes

De son côté, le Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes (CUEC) permet maintenant de reporter au 30 juin 2021 la date limite de présentation des demandes d'aide similaire dans le cadre du Fonds d'aide et de relance régionale et de l'Initiative de soutien aux entreprises autochtones.

Le budget de 2021 propose de fournir un financement jusqu'à 80 millions de dollars en 2021 2022, selon la comptabilité de caisse, au Réseau de développement des collectivités du Canada et aux organismes de développement régional, et de transférer les fonds restants dans le cadre de l'Initiative de soutien aux entreprises autochtones en 2021 2022, afin d'appuyer une prolongation de la date limite de présentation des demandes pour le Fonds d'aide et de relance régionale et l'Initiative de soutien aux entreprises autochtones jusqu'au 30 juin 2021.

Pour les entreprises les plus durement touchées par la pandémie, l'embauche des travailleurs dont elles ont besoin pour croître représente à la fois un coût et un risque qu'elles hésitent peut être à prendre. Le gouvernement veut que ces entreprises puissent se rétablir et se développer en embauchant plus de gens pour que les travailleurs soient à l'avant garde de la reprise.

Nouveau programme d’embauche

Le budget de 2021 propose aussi d'introduire un nouveau programme d'embauche pour la relance économique pour les employeurs admissibles qui continuent de subir des baisses de revenus admissibles par rapport au début de la pandémie.

La subvention proposée compenserait une partie des coûts supplémentaires que les employeurs engagent dans le cadre de leur réouverture, que ce soit par l'augmentation des salaires ou des heures travaillées, ou par l'embauche d'un plus grand nombre d'employés. Ce soutien serait seulement offert aux employés actifs du 6 juin au 20 novembre 2021.

Les employeurs admissibles demanderaient la Subvention salariale d'urgence du Canada ou la nouvelle subvention proposée, selon la plus élevée des deux. L'objectif est de faciliter autant que possible l'embauche de nouveaux travailleurs par les entreprises au moment de la réouverture de l'économie.

Étant donné que les taux de la subvention salariale et du programme d'embauche diminueront progressivement au fil du temps, les employeurs sont fortement incités à commencer à embaucher le plus tôt possible et à maximiser leur prestation.

Ère numérique

Afin de stimuler la relance, les emplois et la croissance, le gouvernement lance aussi le Programme canadien d'adoption du numérique, qui créera des milliers d'emplois pour les jeunes, en plus d'aider jusqu'à 160 000 petites et moyennes entreprises à adopter les nouvelles technologies numériques.

Ce programme offrira deux volets de financement aux entreprises. Les entreprises admissibles recevront des microsubventions pour aider à compenser les coûts du passage au numérique et offrir du soutien aux formateurs numériques d'un réseau d'environ 28 000 jeunes Canadiens bien formés.

Le budget de 2021 propose d'affecter 1,4 milliard de dollars sur quatre ans, à compter de 2021 2022, afin de faire ce qui suit :

o Travailler avec des organismes d'un bout à l'autre du Canada pour permettre à toutes les entreprises qui recourent à ce programme d'accéder à des compétences, à de la formation et à des services consultatifs.

o Fournir des microsubventions aux plus petites entreprises des rues commerçantes afin de les aider à engager les coûts liés à l'adoption de la technologie.

o Créer des possibilités de formation et de travail pour 28 000 jeunes afin d'aider des petites et moyennes entreprises de partout au Canada à adopter la technologie.

Le budget propose également de fournir 2,6 milliards de dollars pendant une période de quatre ans, selon la comptabilité de caisse, à compter de 2021 2022, à la Banque de développement du Canada afin d'aider les petites et moyennes entreprises à financer l'adoption de la technologie.

Cette mesure incitative cible les investissements en capital à court et à moyen terme qui pourront accélérer notre relance. Cela comprend des investissements dans un vaste éventail d'actifs qui comprennent, entre autres, les actifs numériques et la propriété intellectuelle, pour assurer la transition vers une économie plus productive et axée sur le savoir, ce à quoi s'ajouteront des actifs numériques et la propriété intellectuelle. 

Le budget de 2021 prévoit d'améliorer le Programme de financement des petites entreprises du Canada en apportant des améliorations à la Loi sur le financement des petites entreprises du Canada et aux règlements connexes.

Ces modifications proposées devraient accroître le financement annuel de 560 millions de dollars, ce qui soutiendrait environ 2 900 petites entreprises supplémentaires.

Les modifications proposées comprennent les suivantes :

o Élargir l'admissibilité aux catégories de prêts afin d'inclure les prêts liés à la propriété intellectuelle, ainsi qu'aux actifs et aux dépenses des entreprises en démarrage;

o Faire passer le montant maximal des prêts de 350 000 $ à 500 000 $ et prolonger la période de couverture des prêts de 10 ans à 15 ans pour l'équipement et les améliorations locatives;

o Élargir l'admissibilité des emprunteurs afin d'inclure les entreprises à but non lucratif et les entreprises sociales de bienfaisance;

o Lancer une nouvelle gamme de produits de crédit afin de fournir des liquidités et de répondre aux besoins à court terme en fonds de roulement.

Le budget de 2021 propose enfin de fournir un financement de 500 millions de dollars sur deux ans, à compter de 2021 2022, aux agences de développement régional pour l'infrastructure communautaire. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.