Publicité

10 février 2021 - 10:30

Tout le monde peut sortir gagnant, estime le député bloquiste de Jonquière

Centre de données fiscales et rapport d’impôt unique: Mario Simard fait le point

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Dans la foulée de la mobilisation en faveur de l’instauration d’un rapport d’impôt unique géré par Québec, le député fédéral de Jonquière, Mario Simard, accueille favorablement la résolution adoptée lors de la dernière séance du conseil d’arrondissement de Jonquière.

Par cette résolution, les élus municipaux interpellent leur député pour s’assurer que les emplois de la fonction publique fédérale soient maintenus à Saguenay et qu’il travaille à la création de nouveaux emplois dans les prochaines années.

En réaction, Mario Simard souligne que cette demande s’inscrit en droite ligne avec les objectifs qu’il s’est fixés pour la région et il souhaite rappeler la position du Bloc Québécois dans ce dossier.

« Depuis le début de mon implication, j’insiste pour dire que la transition envisagée en lien avec la création d’un rapport d’impôt unique devra se faire à coût nul et sans perte d’emploi. C’est un engagement ferme de notre formation politique », soutient Mario Simard.

Néanmoins, M. Simard demeure convaincu que le projet est essentiel à l’amélioration du fonctionnement de l’appareil étatique. En effet, le système actuel, avec ses dédoublements, engendre des coûts importants en plus des complications liées au fait d’avoir deux points de contact.

Ainsi, selon une étude récente, le rapport d’impôt unique permettrait des économies de 425 millions de dollars en gains d’efficience.

Sentiment d'insécurité

Le député déplore le sentiment d’insécurité provoqué selon lui par la ministre Diane Lebouthillier dans ce dossier.

« Il est faux de prétendre que la mise en place d’un rapport d’impôt unique fera disparaître l’Agence du revenu du Canada au Québec. Le gouvernement libéral gagnerait à être constructif dans ce dossier plutôt que d’essayer de faire peur aux citoyens pour des gains partisans », s’insurge le député de Jonquière.

Selon la réforme envisagée, l’ARC continuera à verser les crédits d’impôt et les prestations fiscales auxquels les contribuables québécois ont droit.

Le fédéral continuera également de maintenir le registre des 7 millions de contribuables québécois, avec leurs données fiscales.

Opportunité

Pour le député bloquiste, la réforme envisagée représente plutôt une opportunité de création d’emplois en région.

En effet, alors que l’ARC mise sur des dédoublements administratifs, les besoins sont criants dans plusieurs ministères à Ottawa. Il serait donc possible de réaffecter les sommes économisées pour déconcentrer l’appareil fédéral à Ottawa et développer de nouvelles expertises au profit des régions du Québec.

« Malgré la présence du Centre de données fiscales, le Saguenay – Lac-Saint-Jean n’a pas droit présentement à sa juste part en matière d’emplois fédéraux comparativement aux autres régions. L’expertise développée à Jonquière pourra être mise à profit, mais il est aussi légitime d’exiger la création de plusieurs autres emplois de qualité », poursuit Mario Simard en citant une étude récente qu’il a commandée pour la région.

À titre d’exemple, le député souligne qu’il serait possible de s’offrir de nouvelles ressources pour lutter contre la fraude et l’évasion fiscale et travailler pour régler les problèmes du système paye Phénix. Il serait aussi possible, par exemple, d’offrir un meilleur soutien à Immigration Canada qui n’arrive pas à répondre à la demande.

« En clair, il existe des solutions où tout le monde peut sortir gagnant. Il revient donc au gouvernement fédéral de s’en inspirer plutôt que de faire de la petite politique sur le dos des citoyens de Jonquière », conclut Mario Simard.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.