Publicité

2 février 2021 - 16:00

« Déjà, il y a de l’essoufflement dans le réseau. Dans un mois, je pense que tout le monde aura besoin de cette pause »

Il y aura une semaine de relâche au Québec

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

Bonne nouvelle pour les élèves, les enseignants et les parents, la semaine de relâche aura bel et bien lieu, du 1er au 5 mars. C’est du moins ce qu’a confirmé le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, en point de presse ce mardi.

« On respecte la convention collective. On respecte le calendrier scolaire », a lancé le ministre qui a également expliqué que cette décision a été prise, suite à des consultations auprès de diverses associations, fédérations et organisations du milieu scolaire.

Questionné à savoir si le maintien de la semaine de relâche ne risquait pas de créer une montée des cas d’infection comme cela fût le cas en 2020, M. Roberge s’est dit convaincu que les mesures mises en place pour dissuader les voyageurs allaient faire leurs preuves. Il a également évoqué le fléchissement du réseau, pour expliquer la décision. « Il y a une unanimité. Déjà, il y a de l’essoufflement dans le réseau. Dans un mois, je pense que tout le monde aura besoin de cette pause », a-t-il ajouté.

Toujours pas de pondération pour le bulletin

Alors que le premier bulletin des élèves sera remis dans les prochains jours, Jean-François Roberge n’était toujours pas en mesure de dire quelle en sera la pondération.

Le ministre a toutefois indiqué être en attente des résultats des premiers bulletins avant de trancher, mais qu’à priori, une pondération plus importante sera donnée au deuxième et dernier bulletin de l’année.

Finalement, M. Roberge n’a pas passé sous silence les négociations entre les enseignants et le personnel de soutien. Rappelons que les divers syndicats ont voté, dans les dernières semaines, des mandats de grèves et que cinq jours de débrayage ont été votés.

Malgré tout, Jean-François Roberge demeure assuré que « l’accélération des négociations va permettre d’arriver à une entente sans que les mandats de grève soient exercés », conclut-il.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.