Publicité

2 février 2021 - 08:30

Il faut revenir à des mesures adaptées à la réalité, affirme son chef Paul St-Pierre Plamondon

Le PQ estime que le couvre-feu devrait être levé dans la région

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Le chef du Parti Québécois, Paul St-Pierre Plamondon, estime qu’il est temps que le système d’alertes régionales par couleurs fasse son retour au Saguenay-Lac-Saint-Jean et dans chacune des régions du Québec.

Par voie de communiqué, ils soulignent que cela permettrait de mieux refléter la situation épidémiologique.

Paul St-Pierre Plamondon ajoute qu’une distinction doit nécessairement être faite entre les régions plus lourdement touchées par le nombre de cas et d’hospitalisations, et celles où la situation est stable depuis plusieurs semaines.

« Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, les données sont stables, voire encourageantes. Hier, le nombre de nouveaux cas était de quatre. Dans ces conditions, il serait logique que le gouvernement assouplisse certaines mesures et contraintes imposées à la population », a-t-il fait valoir.

« On pourrait notamment penser à donner un peu d’air aux sports organisés, aux commerces non essentiels ainsi qu’au secteur culturel. De plus, considérant que le couvre-feu se voulait une mesure de dernier recours, superposée au palier d’alerte maximale, on devra le lever dans la région », a poursuivi le chef du Parti Québécois.

Code de couleurs

Autrement dit, idéalement, on reviendrait au système d’alertes régionales.

« Le code de couleurs se base sur des critères scientifiques de santé publique et la situation épidémiologique de chacune des régions. Il reflète beaucoup mieux la situation réelle que la méthode du "mur-à-mur" actuellement en vigueur, et dont les limites sont manifestes », a enchaîné le député Joël Arseneau.

Le Parti Québécois demande donc au gouvernement de revenir, dès le 8 février prochain, à une approche différenciée selon les régions.

« C’est non seulement une question de transparence, mais aussi de cohérence – deux enjeux incontournables si l’on souhaite l’adhésion de la population. Et c’est sans compter que pour des centaines de petits commerçants du Saguenay-Lac-Saint-Jean et des autres régions du Québec moins touchées, cela pourrait faire la différence entre la survie de leur entreprise ou la faillite », a conclu Paul St-Pierre Plamondon.

À lire également :

COVID-19 : la région compte maintenant moins d’une centaine de cas actifs

Le taux de mortalité par suicide diminue légèrement au Québec, mais demeure important 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.