Publicité

6 janvier 2021 - 08:30 | Mis à jour : 7 janvier 2021 - 08:38

« Un électrochoc pour sauver des vies », dit François Legault

COVID-19: Québec impose un couvre-feu pour quatre semaines

Sylvio Morin

Par Sylvio Morin, Chef des nouvelles

À compter du samedi 9 janvier et pour une période de quatre semaines, la population du Québec devra respecter un couvre-feu de 20 h jusqu'à 5 h du matin, chaque jour, parce que la propagation de la COVID-19 a empiré au cours des dernières semaines.

«Une de mes premières responsabilités comme premier ministre, c'est d'assurer la sécurité des citoyens. La situation est critique, elle est même grave. Ces mesures sont un électrochoc pour sauver des vies. C'est maintenant qu'il faut agir pour réduire la contagion  », a déclaré ce soir François Legault lors de son premier point de presse de la nouvelle année, livré à partir de Montréal, en compagnie du ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, et du directeur national de la santé publique, Horacio Arruda.

Ce couvre-feu s'accompagne aussi de mesures strictes avec le maintien de la fermeture des commerces non-essentiels, comme les bars et les gyms, un ralentissement de la production manufacturière à ce qui est « essentiel », incluant les chantiers de construction, le confinement du travail de bureau pour favoriser le télétravail, la fermeture des lieux de culte et plusieurs autres. Par contre, les écoles vont réouvrir comme prévu et les activités physiques individuelles seront permises. (Voir autre texte pour les mesures).

Le premier ministre a avoué qu'il n'y avait pas de solution parfaite et que dans chaque scénario étudié par son gouvernement avec les autorités de la santé publique, « on a essayé de trouver un équilibre. »

François Legault a expliqué que la hausse du nombre de cas est attribuable au fait que, durant la période des Fêtes, plusieurs personnes se sont quand mêmes rencontrées, pas en grand groupe, mais que cela a eu un effet désastreux sur le taux de propagation. « Ça s'est passé dans les maisons », a-t-il fait remarquer.

Il a également lancé un appel aux personnes de 65 ans et plus, qui forment 20% des personnes infectées mais 80% des patients hospitalisés, de rester bien sagement à la maison. « Soyez hyper-prudent. Garder vos petits-enfants, ce n'est pas une bonne idée. »

Pour envoyer un message que le non-respect du couvre-feu aura des conséquences, des amendes de 1 000$ à 6 000 $ pourront être imposées par les policiers qui intercepteront des personnes non-autorisées à circuler durant les heures proscrites. La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbeault, donnera plus de détails sur la question en point de presse demain.

Trudeau et les vaccins
Le premier ministre du Québec a par ailleurs lancé une charge contre son homologue fédéral, Justin Trudeau, sur la question de l'administration des vaccins que ce dernier juge trop lente dans les provinces canadiennes.

« On pourrait vacciner quatre fois plus que les doses qu'on reçoit. Qu'il [Trudeau] s'occupe donc de mieux nous approvisionner et de contrôler les voyageurs qui reviennent des autres pays », a lancé François Legault. Le ministre Dubé a renchéri en disant que le Québec serait en mesure d'administrer 250 000 vaccins par semaine si des doses suffisantes lui étaient fournies.

Pour sa part, le directeur national de la santé publique, Dr Horacio Arruda a rappelé qu'il y avait eu du relâchement dans les mesures sanitaires de base que sont la distanciation, le porte du couvrfe-visage et le lavage des mains. « C'est une question de vie ou de mort. C'est très sérieux. De grâce, faites votre effort », a-t-il conclu.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.