Publicité

22 novembre 2020 - 08:30

Emprisonné depuis 8 ans en Arabie Saoudite, l’écrivain et blogueur n’a commis aucun crime

Libération de Raïf Badawi : Alexis Brunelle-Duceppe donne une autre chance au gouvernement

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Le député de Lac-Saint-Jean, porte-parole du Bloc Québécois à la Coopération internationale et membre du Caucus Raoul Wallenberg, Alexis Brunelle-Duceppe, s'est adressé hier au gouvernement en chambre pour qu’il saisisse l’opportunité du G-20, en Arabie Saoudite, pour demander la libération du prisonnier Raïf Badawi.

Le royaume accueillait virtuellement le sommet du G-20 ce samedi. La monarchie saoudienne a pour coutume de faire preuve de clémence lorsqu’elle organise de grands événements internationaux et c’est cette pratique qui pousse l’élu jeannois à mettre de la pression sur le gouvernement et le ministre des Affaires étrangères.

« Le Bloc Québécois et moi avons demandé au gouvernement d’en profiter pour demander la libération de Raïf Badawi, mais on nous a répondu qu’il était « préoccupé » par la situation. Des préoccupations, ce n’est pas suffisant! Je leur ai donc demandé directement en chambre : est-ce que le gouvernement fait, en ce moment, des démarches pour demander la libération de Raïf Badawi? Ils n’ont pas répondu à cette question, se disant à nouveau préoccupés. Je leur donne une autre chance de faire ce qui est juste, pour Raïf, pour sa famille, mais aussi pour le Québec entier, qui a épousé cette cause. Il faut agir maintenant », déplore Alexis Brunelle-Duceppe.

Rappelons que Raïf Badawi est en prison depuis huit ans en Arabie Saoudite.

Écrivain et blogueur, monsieur Badawi n’a commis aucun crime. Il a été accusé d'apostasie et d'insulte à l’islam pour s’être prévalu de sa liberté d’expression et fut condamné à 1 000 coups de fouet et 10 années d’emprisonnement.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.