Publicité

20 novembre 2020 - 13:00

COVID-19

Les provinces connaissent mieux la réalité de leur milieu, dit Dr Howard Njoo

Sylvio Morin

Par Sylvio Morin, Chef des nouvelles

Les hauts fonctionnaires de la santé publique du Canada n'ont pas voulu rabrouer la décision du gouvernement du Québec de permettre des rassemblements limités à 10 personnes pour célébrer la Noël cette année alors que les autorités fédérales prévoient que la propagation du coronavirus ne sera pas à la baisse dans les prochaines semaines.

« Ce sont les provinces qui connaissent mieux la réalité de leur milieu. Je suis d'accord avec ce que le gouvernement du Québec a fait [le contrat social] », a déclaré ce matin l’administrateur en chef adjoint, Dr Howard Njoo, lors d'une séance d’information technique pour discuter des plus récentes données de modélisation illustrant l’éventuel impact de la COVID-19 au Canada.

Le fonctionnaire fédéral faisait référence à l'annonce d'hier du premier ministre François Legault qui a invité la population à s'isoler pendant une semaine, avant de célébrer la fête de Noël entre le 24 et le 27 décembre, et à faire de même après ces dates.

Sur la colline du Parlement ce matin, l’administratrice en chef de la santé publique du Canada, Dre Theresa Tam, a invité les provinces à adopter une « approche pancanadienne » alors qu'elle estime que cette deuxième vague de la pandémie est beaucoup plus « difficile » que la première, « Équipe Canada est en jeu », a-t-elle illustré. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.