Publicité

11 octobre 2020 - 10:25

Le député dit que le Québec est mis à l’écart par le fédéral

Ottawa n’en fait pas assez pour maintenir nos forêts en santé, estime Mario Simard

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Le député de Jonquière et porte-parole du Bloc Québécois pour les ressources naturelles, Mario Simard, accueille froidement l’annonce du ministre Seamus O’Regan concernant la lutte contre le dendroctone du pin ponderosa.

M. Simard estime que le Québec est encore une fois oublié par le fédéral alors que la tordeuse du bourgeon d’épinette fait des ravages.

Selon le député bloquiste, le gouvernement fédéral n’en fait pas assez pour maintenir la santé de nos forêts.

« Le contrôle des insectes nuisibles dans l’Ouest est un enjeu très important, mais il faudrait rappeler aux libéraux que c’est aussi un grave problème par chez nous. La tordeuse fait des ravages et, encore une fois, le Québec est laissé pour compte », déplore le député de Jonquière.

À ce titre, monsieur Simard s’explique mal l’inaction du fédéral dans ce dossier.

« Il y a quelques années, la dendroctone du pin avait fait des ravages dans les forêts de la Colombie-Britannique. Ottawa avait alors rapidement débloqué 200 millions de dollars pour lutter contre l’infestation et un autre 200 millions pour aider les communautés touchées », rappelle Mario Simard.

« Manifestement, le gouvernement fédéral n’est pas investi du même sentiment d’urgence lorsqu’il est question des besoins du Québec », poursuit-il.

Concernant spécifiquement la lutte contre la tordeuse du bourgeon d’épinette, le député rappelle qu’une aide de 75 millions de dollars avait été annoncée par le fédéral en 2018. Toutefois, cette aide ciblait exclusivement les provinces de l’Atlantique.

« Ce type d’intervention n’a aucun sens. La tordeuse ne fait pas la distinction entre une forêt au Québec et une forêt au Nouveau-Brunswick! Le seul impact concret que ça a pu avoir, c’était d’offrir un avantage concurrentiel à l’industrie forestière dans les maritimes », indique le porte-parole aux ressources naturelles.

Encore une fois, le député Simard interpelle le gouvernement fédéral pour qu’il s’active dans le dossier.

« Il faut absolument se mobiliser dans la lutte contre la tordeuse du bourgeon d’épinette. Présentement, elle fait des ravages sur un territoire équivalent à la superficie totale du Nouveau-Brunswick. C’est une question de premier ordre tant pour la protection de l’environnement que pour les travailleurs de notre industrie forestière », conclut le bloquiste de Jonquière.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.