Publicité

9 octobre 2020 - 14:30

13 militants indépendantistes de la région avaient été incarcérés

Crise d’octobre : les députés bloquistes de la région réclament à leur tour des excuses du fédéral

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Le député de Jonquière, Mario Simard, et son collègue de Lac-Saint-Jean, Alexis Brunelle-Duceppe, réclament à leur tour des excuses du gouvernement fédéral pour les personnes détenues injustement pendant la Crise d’octobre.

Les deux élus bloquistes demandent au gouvernement de Justin Trudeau de reconnaître les exactions commises à l’encontre de 13 militants indépendantistes de la région, en octobre 1970.

C’est après l’instauration de la Loi sur les mesures de guerre que ceux-ci ont été incarcérés plusieurs semaines sans jamais être accusés.

« Les actions posées par les militaires et les forces policières à cette époque sont inacceptables dans une société de droit comme la nôtre. Justin Trudeau est l’héritier direct de ce réflexe déplorable du gouvernement fédéral, qui consiste à violemment réprimer l’expression des opinions indépendantistes au Québec, par les actes ou la parole. On ne demande pas au premier ministre de cautionner les actions du FLQ, on lui demande simplement de reconnaître qu’arrêter, emprisonner et menacer des innocents, c’était excessif et inapproprié. Il doit s’excuser », croit le député de Lac-Saint-Jean.

« Justin Trudeau prétend être le champion des droits individuels, mais refuse catégoriquement de s’excuser à ces citoyens arrêtés pour délit d’opinion. C’est une cicatrice dans l’histoire du Québec. Un rappel que les prétentions démocratiques du Canada sont malléables quand vient le temps d’écraser les opposants au régime », s’insurge le député de Jonquière.

« Ça fait 50 ans que le fédéral se défile et refuse d’assumer ses actions liberticides. La stratégie des fédéralistes est claire. Ils révisent l’histoire pour faire le lien entre la mort de Pierre Laporte, que tout le monde condamne, et l’ensemble du mouvement indépendantiste pour éviter de parler des mesures de guerre et de ces arrestations dignes de pires dictatures », poursuit monsieur Simard.

Les élus sont également perplexes quant au refus catégorique du député conservateur Richard Martel de demander de pareilles excuses.

« Monsieur Martel peut essayer de faire tous les amalgames qu’il veut pour justifier son refus, mais il ne réussira jamais à nous convaincre que l’incarcération d’innocents était justifiable. Le lieutenant des conservateurs au Québec choisit délibérément de faire abstraction de tout bon sens, alors qu’aucun des prisonniers de notre région n’était felquiste, ni même menaçant. C’est une vraie honte », insistent les bloquistes.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.