Publicité

2 avril 2020 - 10:29

Rappel de la Chambre des communes : encore un délai, dénonce le Bloc Québécois

Par Salle des nouvelles

« Encore un délai! Quelle mauvaise nouvelle pour les PME et les travailleurs du Québec. S’il le faut, faisons-le très vite », affirme Yves-François Blanchet.

Le Bloc Québécois a réagi aux propos du premier ministre Trudeau qui a annoncé hier son intention de rappeler le Parlement afin de faire adopter une loi de mise en œuvre des mesures prévues par le ministre des Finances en matière de subvention salariale aux entreprises.

Le député de Beloeil-Chambly et chef du Bloc Québécois, Yves-François Blanchet, ainsi que les députés de Jonquière et Lac-Saint-Jean, Mario Simard et Alexis Brunelle-Duceppe, ont exprimé leur étonnement.

« Le Parlement a siégé il y a une semaine pour accorder au gouvernement des pouvoirs exceptionnels tout en limitant les contacts entre parlementaires face aux risques de contagion. La planification de cette loi a-t-elle été inefficace au point de devoir recommencer si tôt? »

Monsieur Blanchet et les élus régionaux du Bloc Québécois ont indiqué que des conditions devront être remplies pour que leur formation donne son appui à une telle convocation :

1. Le Bloc Québécois exige que tous les parlementaires aient en main le libellé du projet de loi avant même que 32 d’entre eux ne doivent se rendre à Ottawa;

2. Le Bloc Québécois ne veut pas exposer le Parlement au chantage partisan observé il y a deux semaines et exige que la teneur finale du projet de loi devant être adopté unanimement soit conclue avant que les parlementaires ne se déplacent à Ottawa. Le Bloc a des recommandations à faire valoir et compte bien être entendu;

3. Le rappel du Parlement le plus rapidement possible. Lors de la négociation du lundi 23 mars entre le Bloc Québécois et les Libéraux, le second article du projet de loi permettait au gouvernement d’aller de l’avant avec la subvention salariale et des baisses d’impôts. Le premier ministre a alors plié sous les pressions des conservateurs et retiré cet article.

« Notre proposition aurait évité de revenir au Parlement, explique Alexis Brunelle-Duceppe. Je le réitère : la partisanerie doit être laissée au vestiaire », a lancé le député de Lac-Saint-Jean.

Mario Simard a quant à lui exprimé une grande inquiétude pour les entreprises.

« C’est très grave : les PME québécoises, les OBNL et le secteur de l’économie sociale ont déjà trop attendu pour un programme de subvention salariale. Beaucoup trop longtemps. Le gouvernement nous dit maintenant que sa prévision incertaine va créer un délai supplémentaire de deux semaines, a-t-il insisté. S’il faut rappeler le Parlement, faisons-le très vite », a expliqué le député de Jonquière.

Le chef du Bloc Québécois exhorte le gouvernement à faire preuve de davantage de rigueur afin que la collaboration des partis d’opposition soit efficace et productive.

« On ne consulte pas les autres partis une fois que les décisions sont prises, mais avant! Les élus du Bloc Québécois devront traverser des régions mises en quarantaine par le gouvernement du Québec afin de se rendre à cette séance spéciale. On ne fait pas ça à la légère », a-t-il conclu.

À lire aussi :

https://www.neomedia.com/saguenay-lac-st-jean/actualites/actualites/388148/la-scenario-le-plus-realiste-et-probable-rendu-public-prochainement-promet-legault

https://www.neomedia.com/saguenay-lac-st-jean/actualites/societe/388113/10-m$-supplementaires-pour-soutenir-laction-benevole-dans-la-province

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.