Publicité

7 janvier 2020 - 14:08

La 34e édition du Parlement étudiant prend fin

Par Salle des nouvelles

La 34e édition du Parlement étudiant du Québec (PEQ) s’est terminée hier dans le salon Rouge de l'Assemblée nationale.

Les quelque 140 participants ont dit au revoir à la colline parlementaire après cinq jours de simulation des plus enrichissants.

Du 2 au 6 janvier, deux gouvernements aux couleurs différentes se sont succédé.

Le gouvernement bleu, dirigé par Jason St-Amour, a d'abord présenté trois projets de loi, un budget et un projet de livre blanc, tous acceptés par l'Assemblée avant que le chef des Bleu.e.s ne remette sa démission le 4 janvier dernier.

Élisabeth Gendron et son caucus rouge ont ensuite remplacé le précédent gouvernement en présentant à leur tour le même nombre de projets de loi, un budget et un projet de livre. Tous ces projets ont aussi été acceptés par l'Assemblée constituée de jeunes de 18 à 25 ans.

« Les participants ont dû relever de nombreux défis. Par exemple, ils ont dû prononcer des discours dans le salon Bleu, défendre leurs projets de loi en commission parlementaire ou encore affronter la critique des médias », explique Axel Fournier, président du conseil d'administration de l'Assemblée parlementaire des étudiants du Québec (APEQ), l'organisme derrière cette activité.

Le quatrième pouvoir n'a pas chômé lors du PEQ. L'équipe des journalistes, dirigée par Laurence Philippe, a couvert de fond en comble les travaux de la simulation, produisant chaque jour deux journaux distincts ainsi que des reportages. Les articles et les productions télévisuelles des participants, qui ont alimenté les débats tout au long de la simulation, sont disponibles en consultant la page Facebook du caucus des journalistes (https://www.facebook.com/journalistesparlementetudiant/).

« Les participants ont eu droit à un condensé de la vie politique québécoise. Il s'agit d'une expérience éducative sans pareille, qui permet aux étudiants et aux journalistes de se surpasser. Leurs talents, leurs connaissances et leurs convictions ont été mis à profit pour débattre d'enjeux majeurs de la société québécoise », souligne M. Fournier.

Depuis maintenant plus de 30 ans, plus de 2000 jeunes de 18 à 25 ans ont expérimenté les rouages du système parlementaire québécois. Certains d'entre eux ont été députés par la suite ou le sont actuellement. D'autres sont devenus de réputés journalistes du milieu médiatique.

Ces jeunes sont unanimes : le PEQ a constitué une étape marquante de leur éducation politique et citoyenne. La mission pédagogique du PEQ participe à l'approfondissement des connaissances des jeunes sur les institutions parlementaires québécoises.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.