Publicité
16 septembre 2019 - 12:59

Les candidats bloquistes participent au Conseil général de leur parti

Par Salle des nouvelles

Les candidats bloquistes de la région étaient réunis à Boucherville dans le cadre du Conseil général 2019 du Bloc Québécois.

Durant la journée, le Bloc a dévoilé sa plateforme électorale nationale aux militants et à l’ensemble des délégués.

Durant la campagne, le Bloc Québécois misera sur plusieurs thèmes rappelant la spécificité québécoise. Le parti présente donc une plateforme électorale ambitieuse en culture, en économie et en environnement, et qui rappelle l’importance du vivre ensemble.

« Comme parti politique, on a un devoir de proposer, d’offrir et de faire rêver. Il faut donner le goût aux Québécois de voter pour nous et on a la plateforme pour le faire », soutient Alexis Brunelle-Duceppe, candidat dans Lac-Saint-Jean, en soutenant que les élus du Bloc ne feront aucune concession relative aux intérêts du Québec.

À l’échelle internationale, les paysages culturels et médiatiques sont perturbés par la place occupée par les géants du Web. À cet égard, le Bloc Québécois s’assurera que nos médias d’information puissent lutter à armes égales et que nos artistes reçoivent leur juste part de redevances.

« Présentement, les géants du Web siphonnent les revenus publicitaires sans même avoir à créer de contenu. Ça veut dire que, dans une région comme le Saguenay – Lac-Saint-Jean, c’est toute la qualité de l’information régionale qui est mise en péril », plaide Mario Simard, candidat dans Jonquière.

Concrètement, le Bloc propose que le gouvernement fédéral impose les géants du Web à hauteur de 3% de leurs activités sur le territoire canadien. Il compte également faire appliquer la TPS sur la publicité en ligne.

« L’environnement médiatique a beaucoup changé. En clair, on veut assurer la pérennité des médias locaux comme Le Quotidien et leur permettre de se battre à armes égales contre les géants du Web », poursuit monsieur Simard.

Environnement 

La lutte contre la crise climatique est l’enjeu du 21e siècle et le Bloc Québécois s’est doté d’une plateforme ambitieuse pour répondre à cette problématique.

« Au Québec, on ne produit pas de pétrole, mais on a d’abondantes ressources renouvelables comme l’eau, le vent ou la forêt. Le Québec est bien placé pour répondre à la nécessaire transition énergétique », fait remarquer Valérie Tremblay, candidate dans Chicoutimi – Le Fjord.

Pour réduire les émissions de GES, le Bloc Québécois propose que le gouvernement fédéral mise sur le développement de nouvelles technologies vertes.

« La transition énergétique est inévitable et nous devons prendre les devants en matière de recherche et développement », indique madame Tremblay en citant l’exemple du projet Elysis à Jonquière.

« En offrant un soutien à la recherche et Communiqué pour diffusion immédiate un incitatif financier pour l’adoption de pratiques plus écologiques, le Québec aura tout ce qu’il faut pour assumer son rôle de leader à l’international », termine la candidate bloquiste.

Parmi les autres mesures phares en environnement, le Bloc Québécois entend aussi fixer des objectifs de réduction des GES conformes aux objectifs de Paris, s’opposer fermement au projet Énergie Est et mettre fin aux subventions des énergies fossiles.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.