Publicité

16 novembre 2021 - 13:30

Une lettre ouverte des communautés de Mashteuiatsh et d’Essipit

Si le gouvernement ne peut protéger le caribou, les Innus le feront

Les Innus et le caribou (Atiku ) ont toujours fonctionné de pair sur le grand nitassinan (territoire ancestral).

Qu’il soit forestier ou toundrique, Atiku est au fondement du mode de vie des Innus, et ce, de génération en génération. Ce cervidé est au cœur de l’identité et de la culture traditionnelle innue, que nous appelons innu-aitun. La perte de ce lien étroit et privilégié avec Atiku , provoquée par son déclin, entraîne au sein de nos communautés une perte culturelle inévitable et met en péril nos droits et nos titres ancestraux.

C’est en raison de cette perte, conjuguée à notre devoir, en tant que peuple, de protéger celui qui a permis à nos ancêtres de vivre sur le territoire, que nous luttons depuis deux décennies déjà à la sauvegarde du caribou et que nous continuerons de le faire pour toujours.

Alors que nous attendions l’annonce de mesures pour la protection de l’habitat du caribou prenant en compte nos préoccupations, nos droits et nos connaissances concernant Atiku , le gouvernement du Québec a plutôt annoncé la tenue d’une commission indépendante. Le gouvernement dispose, pourtant déjà, de tous les spécialistes et des données nécessaires pour agir dans ce dossier. Pour nous, il est clair que cette commission est inutile et ne fait que repousser à plus tard les actions concrètes qui doivent être posées sans délai pour la sauvegarde d’Atiku .

Comme il le fait depuis de nombreuses années dans ce dossier, le gouvernement se décharge à nouveau, avec cette commission, de sa responsabilité de nous consulter et de respecter nos droits ancestraux.

Et pendant ce temps, l’habitat du caribou continu d’être perturbé et les décès au sein des populations continuent d’excéder les naissances…

Depuis le début des années 2000, nous avons mis énormément de temps, d’énergie et d’argent pour assurer la survie d’Atiku . Nous avons mis en place un moratoire sur la chasse pour nos membres, procédé à des suivis télémétriques, réalisé des travaux de fermeture de chemin, participé à de nombreuses Tables, créé une aire protégée, etc. Malgré tous ces efforts et l’importance historique du caribou pour notre Nation, le gouvernement continue de nous traiter comme de simples intervenants, sans considération réelle pour notre responsabilité envers le caribou et pour nos valeurs et connaissances traditionnelles.

Ce comportement du gouvernement est contraire au respect de nos droits ancestraux ainsi qu’à la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, qu’il a pourtant reconnue. Nous avons demandé à plusieurs reprises une véritable consultation de Nation à Nation.

En raison de l’urgence de la situation, nous avons aussi proposé des solutions auxquelles le gouvernement n’a pas donné suite. À moins d’actions rapides et satisfaisantes de la part du gouvernement du Québec, nous sommes prêts à déposer un recours devant les tribunaux, afin d’exiger le respect de nos droits ancestraux et des mesures de protection immédiates de l’habitat du caribou.

En raison de son importance culturelle, nous avons la responsabilité, en tant qu’Innus, de protéger Atiku . Si le gouvernement du Québec refuse la voie de la collaboration, nous prendrons le chemin de la justice, car, pour nous, chaque caribou compte.

Le Conseil de la Première Nation des Innus Essipit et le Conseil de la Première Nation des Pekuakamiulnuatsh

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.