Publicité

12 février 2021 - 11:00

Une lettre d'opinion de Jean Paradis

Projet de GNL : quand s’arrêtera la fumisterie de la « carboneutralité »?

Déjà nous avons GNL qui prétend à la « carboneutralité » pour son hypothétique usine de liquéfaction en ayant l’audace de vouloir gaspiller 4,6 milliards de kilowattheures (4,6 TWh) d’hydroélectricité, camouflant ainsi le déficit énergétique et écologique de son gaz fossile.

C’est maintenant au tour de son entreprise sœur, Gazoduq, d’utiliser le même stratagème honteux afin de tenter de bonifier le bilan carbone de son projet de transport de gaz de facturation de l’Ouest canadien, sur 780 kilomètres à travers tout le Québec de l’Abitibi jusqu’au Saguenay.

Gazoduq prétend pouvoir diminuer ses émissions d’environ 376 000 tonnes de GES tout au long de son « tuyau » en voulant, elle aussi, gaspiller de l’hydroélectricité. Dans son communiqué, l’entreprise se garde bien de nous dire combien de kilowattheures par année seraient nécessaires afin de substituer l’utilisation de son gaz sale de fracturation.

L’opération viserait, il faut s’en souvenir, à « pousser » 15 milliards de mètres cubes par année dans son gazoduc.

Combien d’énergie serait gaspillée par année pendant au moins 25 ans? Assurément plusieurs centaines de millions de kilowattheures par année!

Alors que cette énergie pourrait être utilisée plus judicieusement en la mettant au service de réelles actions pour lutter contre les changements climatiques, entre autres : favoriser la conversion des modes de transports, rendre nos entreprises plus indépendantes des hydrocarbures, convertir davantage nos productions agricoles à l’électricité afin de participer plus activement à l’indépendance alimentaire du Québec.

Encore une fois, on essaie de nous tromper avec la pseudo « carboneutralité »!

Jean Paradis

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.