Publicité

18 janvier 2021 - 16:00

Nathalie Bélanger écope de 100,000 $ d’amende et 240 heures de travaux communautaires

La fausse infirmière à l’hôpital de Jonquière plaide coupable

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

La femme qui a travaillé comme infirmière pendant près de 20 ans à l’hôpital de Jonquière sans avoir un permis de l’Ordre des infirmières et infirmiers, Nathalie Bélanger, a plaidé coupable aujourd’hui à six chefs d’accusations criminelles de fraude et de production de faux.

Représentée par Me Luc Tourangeau, la dame, aujourd’hui âgée de 51 ans, a également plaidé coupable à 28 chefs d'infraction pénale, parce qu’elle était aussi poursuivie par l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec.

Nathalie Bélanger a ensuite été condamnée à payer 100,000 dollars d'amende d’ici 18 mois. Elle a versé 10,000 dollars devant le tribunal.

Elle devra aussi purger deux ans de détention dans la société et effectuer 240 heures de travaux communautaires. Interrogé par Néomédia, son avocat s’est dit très satisfait de ce règlement global, qui met fin à une longue cause devant la justice entendue au palais de justice de Chicoutimi.

« Je suis content que cette affaire se termine et qu’on passe à autre chose, ainsi que ma cliente, affirme Me Tourangeau. Elle a compris la leçon et on ne la reverra plus devant les tribunaux. Elle n’a jamais représenté un danger pour la société. Pour les patients, il n’y a eu aucune problématique. »

Rappelons que Nathalie Bélanger avait été congédiée en mai 2019. Pour être embauchée, elle avait fourni un faux diplôme et le numéro de permis d’une infirmière qui porte le même nom qu’elle.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.