Publicité
24 décembre 2019 - 12:15

Un cas recensé à Sorel-Tracy

Délits sexuels via le leurre informatique : la SQ prévient

Par Salle des nouvelles

La Sûreté du Québec désire mettre en garde la population concernant des délits de nature sexuelle perpétrés via les médias sociaux. Récemment, des cas de leurre informatique visant des adolescentes ont été portés à l’attention des policiers, notamment un à Sorel-Tracy. La Sûreté du Québec n'a pas souhaité commenter ce dossier sous enquête, mais a en revanche voulu faire passer un message de prévention.

Le ou les suspects communiquent avec les victimes par le biais des médias sociaux en proposant notamment des conseils en matière de séance photographique pour en venir graduellement à obtenir des photos d’elles dénudées ou sexuellement explicites.

Le leurre est une infraction commise par une personne, souvent adulte, mais pas nécessairement, qui utilise un moyen technologique pour communiquer avec une personne âgée de moins de dix-huit ans ou qu’elle croit telle dans le but de commettre une infraction d’ordre sexuel.

Fausse identité, faux prétextes

Par exemple, une personne commettrait une infraction de leurre si elle lui demandait, lui suggérait ou essayait de la convaincre de produire ou de transmettre des photos ou des vidéos d’elle à connotation sexuelle au moyen d’un ordinateur et d’Internet. Il est important de rappeler que les individus peuvent se créer une fausse identité pour communiquer avec des personnes mineures sous de faux prétextes.

Les citoyens sont donc invités à sensibiliser les personnes mineures de leur entourage aux dangers liés à l’utilisation d’Internet et à la communication avec des personnes inconnues. Il est également recommandé aux parents d’avoir une discussion avec leurs adolescents concernant leur utilisation des médias sociaux ainsi que les paramètres de confidentialité de leurs comptes afin de limiter la possibilité que des inconnus mal intentionnés les interpellent.

Pour plus d’information concernant le leurre informatique, les citoyens peuvent consulter la section Sécurité en ligne du Centre canadien de protection de l’enfance.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.