X
Rechercher
Publicité

Ottawa devance son objectif

La vente de véhicules légers à essence interdite au pays en 2035

durée 14h02
29 juin 2021
Jean-Francois Desbiens
durée

Temps de lecture :

3 minutes

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Ottawa interdira la vente de véhicules légers à essence à partir de 2035, soit 5 ans avant l’objectif précédent.

Le ministre des Transports, Omar Alghabra, le ministre de l'Environnement et du Changement climatique, Jonathan Wilkinson, et le ministre du Patrimoine canadien, Steven Guilbeault, ont annoncé que le gouvernement fédéral s’est fixé une nouvelle cible obligatoire selon laquelle la totalité des voitures et camions légers à passagers neufs vendus seront des véhicules zéro émission d'ici 2035, devançant ainsi l'ancien objectif de 2040.

Pour s'assurer d’atteindre cette cible et pour fournir des certitudes quant à la façon de l'atteindre, ils ont précisé qu’Ottawa continuera à la fois d'effectuer des investissements et de mettre en place des règles pour aider les Canadiens et l'industrie à faire la transition en vue d'atteindre 100 % de ventes de véhicules zéro émission d'ici 2035.

Il entend aussi collaborer avec des partenaires pour établir les cibles intermédiaires pour 2025 et 2030 et adoptera les mesures obligatoires supplémentaires qui pourraient être nécessaires au-delà de la réglementation sur les émissions de gaz à effet de serre des véhicules légers au Canada.

Mesures combinées

Les mesures annoncées aujourd'hui sont combinées aux mesures existantes pour encourager une plus grande adoption des véhicules zéro émission. Ces mesures existantes sont, entre autres, des incitatifs offrant une aide relative au coût d'acquisition des véhicules zéro émission, des investissements dans les infrastructures de recharge des véhicules zéro émission et des partenariats avec des fabricants d'automobiles pour les aider à moderniser leur équipement et à fabriquer des véhicules zéro émission ici même, au Canada.

« Seules les politiques audacieuses sur le climat mènent à des résultats audacieux, souligne le ministre des Transports, Omar Alghabra. Grâce à des mesures visant à accélérer la transition aux ventes de véhicules zéro émission à 100 pour cent, nous continuerons à bâtir une économie plus propre et plus résiliente tout en créant de bons emplois et des possibilités intéressantes pour tous les Canadiens.  Nous continuerons également de soutenir le secteur automobile, y compris au moyen de notre investissement de 8 milliards de dollars visant à accélérer la transition de l'industrie grâce à l'Accélérateur net zéro. »

« La réduction des émissions du secteur des transports est une des façons les plus faisables et bénéfiques sur le plan économique pour permettre au Canada d'atteindre l'objectif de carboneutralité d'ici 2050, ajoute le ministre Jonathan Wilkinson. C'est pourquoi nous sommes déterminés à harmoniser les objectifs de ventes de véhicules zéro émissions du Canada avec ceux des administrations nord-américaines les plus ambitieuses. Nous collaborerons avec les États-Unis pour harmoniser les règlements sur l'efficacité énergétique, et nous investissons dans des rabais pour les consommateurs, des bornes de recharge, des allégements fiscaux pour les entreprises et les coûts de transition de l'industrie afin de rendre l'adoption de véhicules zéro émission aussi facile que possible pour les conducteurs, les travailleurs et les entrepreneurs. »

« Le secteur des transports représente le quart des émissions du Canada, termine Steven Guilbeault. Le Conseil consultatif sur l'action pour le climat, que j'ai coprésidé, a fait de l'adoption de véhicules zéro émission à travers le pays un élément clé de ses recommandations en 2019. En revoyant à la hausse nos ambitions sur les véhicules zéro émission, et en prenant les mesures nécessaires pour les atteindre, nous rejoignons un nombre grandissant d'autres juridictions, dont le Québec, qui ont fixé pour cible des ventes de véhicules zéro émission à 100 %. Cette étape additionnelle importante aujourd'hui contribuera à atteindre notre objectif de zéro émission nette d'ici 2050. »

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


20 mai 2022

L’UQAC met sur pied un observatoire régional sur la forêt boréale

L’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) vient d’annoncer la mise sur pied d’un observatoire régional sur la forêt boréale visant à analyser les enjeux du Saguenay–Lac-Saint-Jean et ses écosystèmes forestiers pour un aménagement durable. Cet observatoire s’inscrit dans la poursuite du créneau d’excellence en foresterie qui intéresse de nombreux ...

20 mai 2022

5 M$ pour traiter les eaux usées à Saint-André-du-Lac-Saint-Jean

La municipalité de Saint-André-du-Lac-Saint-Jean recevra une aide financière d’un peu plus de 5 M$ de Québec afin d’assainir les eaux usées provenant de ses deux réseaux d'égouts. La députée de Roberval, Nancy Guillemette, l’a annoncé ce matin par voie de communiqué. Cette somme permettra à Saint-André-du-Lac-Saint-Jean de régler le problème ...

19 mai 2022

Le niveau du lac Saint-Jean devrait dépasser 17 pieds

Le niveau du lac Saint-Jean devrait bientôt dépasser le seuil permis par le décret signé entre Rio Tinto et Québec sur la gestion du plan d’eau. Dans son dernier bulletin À prop’EAU, la division Énergie électrique indique que les 60 mm de pluie tombés en trois jours, principalement dans le secteur des rivières Ashuapmushuan et Mistassini, ...