Publicité

28 mai 2021 - 15:30

Ils souhaitent ainsi faire pression sur le gouvernement

Arrêtons GNL, demandent plusieurs groupes devant les bureaux des députés caquistes

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Afin de faire pression sur les députés de la CAQ pour amener le gouvernement à rejeter le projet GNL Québec, l’Association Générale des Étudiantes et Étudiants du Cégep de Chicoutimi (AGEECC), l’Organisation militante populaire environnementale d’urgence (OMPEU), appuyée par la Coalition Fjord et Mères au front - Saguenay, se sont unis à l’occasion de manifestations simultanées aujourd’hui.

Elles se sont déroulées dans le cadre d’une journée d’actions organisée par la Coalition étudiante Arrêtons GNL aux quatre coins du Québec.

La manifestation de l’AGEECC, d’OMPEU et de Mères au front s’est tenue devant le bureau de la députée provinciale de la circonscription de Chicoutimi, Andrée Laforest.

Du côté de La Baie, la Coalition Fjord a tenu sa manifestation devant le bureau du député de la circonscription de Dubuc, François Tremblay.

Les organisations et les militants se sont retrouvés à 13h et ont rassemblé une quarantaine de personnes au total, de façon pacifique et en respect des règles sanitaires.

Réponses attendues

Les manifestations visaient à pousser les élus et le gouvernement de François Legault à donner une réponse dès maintenant quant au projet GNL Québec, alors que tous les partis d’opposition se sont prononcés contre ce projet.

Partout au Québec, quand les associations étudiantes ont demandé à leurs députés de se prononcer contre GNL, les députés de la CAQ ont, dans l’ensemble, répondu qu’ils et elles voulaient attendre le rapport du BAPE avant de se prononcer.

Les groupes rappellent cependant que le rapport du BAPE établit désormais que le projet GNL Québec aggraverait la crise climatique, nuirait à la transition énergétique et ne passerait pas le seuil de l’acceptabilité sociale.

Efforts annulés

Ils estiment que si le gouvernement de la CAQ décidait de l'approuver, il émettrait plus de la moitié des émissions de GES actuelles du Québec, annulant à lui seul nos efforts de lutte contre la crise climatique.

Considérant qu’il nous reste moins de 10 ans pour éviter la catastrophe climatique, le mouvement étudiant, partout au Québec, se dit déterminé à continuer à se battre tant que le gouvernement n’aura pas rejeté le projet.

Les députés de la CAQ n’ont plus d’excuses pour attendre, et doivent selon ce mouvement de se prononcer contre GNL, pour être cohérents dans la lutte aux changements climatiques. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.