Publicité

1 décembre 2021 - 10:00

2 enseignants-chercheurs y travaillent depuis maintenant 4 ans

Pédagogie immersive en vidéo 360 degrés : le Collège d’Alma se positionne

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Deux enseignants-chercheurs du Collège d’Alma, Étienne Boulanger et Martin Maltais, travaillent depuis maintenant quatre ans à la conceptualisation, à la réalisation et à l’intégration de capsules pédagogiques immersives en vidéo 360 degrés, destinées aux activités d’enseignement dans plusieurs programmes.

Avec plus de 125 capsules produites ou en voie d’être complétées, des projets de recherche en cours portant sur l’efficacité des méthodes déployées ainsi qu’une expertise considérable partagée avec d’autres cégeps au Québec, le Collège d’Alma se positionne comme un véritable meneur en pédagogie immersive au Québec.

« Lorsqu’on parle d’une technologie comme la vidéo 360 degrés, on peut penser a priori que son principal attrait relève de l’intérêt des jeunes pour les nouveaux gadgets, lequel peut fluctuer dans le temps, selon les modes ou au gré des avancées techniques. Or, l’application de ces technologies à la pédagogie est largement plus prometteuse que cette perception de base », révèle Martin Maltais.

« L’utilisation de la vidéo 360 degrés, que ce soit en ligne, sur un appareil mobile ou avec un casque de réalité virtuelle, comporte de nombreux avantages sur le plan de l’enseignement », renchérit Étienne Boulanger.

« Avec nos capsules, il est possible pour les étudiantes et étudiants de répéter les apprentissages autant de fois que nécessaire, selon leur rythme, contrairement à l’enseignement magistral. On peut mettre en scène des simulations dans des conditions extrêmes ou des situations de crise. Il y a évidemment des enjeux d’économie sur les déplacements pour l’enseignement à distance, mais aussi d’utilisation de lieux de simulation autrement non accessibles et qui rapprochent la formation de ce que l’apprenant aura à vivre plus tard en situation de travail. »

Domaine varié

Ayant produit jusqu’ici plusieurs capsules dans des domaines aussi variés que les soins infirmiers, le travail en pharmacie, les techniques policières, le théâtre, l’éducation physique et le tourisme, les deux enseignants chercheurs rappellent que le produit final permet à l’apprenant, selon le besoin, d’être spectateur d’une situation ou d’y participer activement, à la première personne.

On pensera, par exemple, à des simulations d’interventions policières, ou auprès d’une personne agressive ou désorganisée dans le secteur de la santé, voire pour la répétition d’un texte pour la scène.

On peut aussi intégrer aux capsules de la narration ou de l’information pertinente en surimpression dans l’image.

Les possibilités sont énormes et leurs impacts doivent être mesurés. C’est d’ailleurs l’objet d’une recherche qu’ils mènent en parallèle à leurs expérimentations sur le terrain, soit d’identifier les incidences et l’efficacité réelle de la pédagogie immersive sur les apprentissages. Cette recherche s’inscrit dans le Programme d’aide à la recherche sur l’enseignement et l’apprentissage (PAREA) du ministère de l’Enseignement supérieur.

Formation des préposés aux bénéficiaires

Fort de cette solide expérience, le duo d’enseignants-chercheurs pilote actuellement un nouveau projet de pédagogie immersive pour le compte du programme d’attestation d’études professionnelles Soutien aux soins d’assistance en établissement de santé du secteur de la Baie-James.

Le projet en lui-même consiste à produire plus de 240 minutes de capsules de formation immersive en 360 degrés permettant aux neuf communautés Cris participantes de former efficacement des préposés aux bénéficiaires, dans un contexte marqué de pénurie de main-d’œuvre et de difficultés d’accès à la formation liées à la pandémie de COVID-19.

Ces outils, qui intègrent des simulations réalistes en contexte de formation à distance, ont aussi pour objectifs de compléter la formation manquante et de mettre à jour les compétences du personnel en poste.

Formation sur mesure en emploi

Ces avancées permettent dorénavant à Entreprises et collectivités, le service de formation continue du Collège d’Alma, de proposer cette approche inédite aux entreprises et organisations afin de former leurs employés et employées dans un environnement le plus près possible de la réalité, par exemple pour apprendre à opérer de la machinerie, appliquer des procédures de santé et sécurité ou encore développer des méthodes de travail de précision.

Pour Josée Ouellet, directrice générale : « Notre établissement d’enseignement supérieur vient prouver encore une fois sa grande agilité à tirer le meilleur des nouvelles technologies du numérique pour en faire bénéficier l’humain, notamment à travers la pédagogie. Nous sommes à bâtir une expertise considérable, une véritable force d’innovation, dont bénéficieront non seulement les étudiantes et étudiants, mais tout le milieu socioéconomique. De plus, nous pouvons compter sur des équipements et des infrastructures de pointe, dont un tout nouveau studio immersif au cœur des locaux de COlab, Innovation sociale et culture numérique. »

Les divers projets menés par Étienne Boulanger et Martin Maltais ont pu être réalisés par l’obtention de plus de 2,3 millions $ de fonds en provenance d’Entente Canada-Québec (ECQ), du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, du ministère de l’Économie et de l’Innovation, du Conseil Cri de la santé et des services sociaux de la Baie-James et du Bureau de la mise en œuvre du Plan d’action numérique du Québec.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.