Publicité

7 février 2021 - 12:00 | Mis à jour : 12:37

Une aide d'urgence de 50 M$

Québec solidaire réclame une aide directe pour les artistes des arts vivants

Léa Arnaud

Par Léa Arnaud, Journaliste

Alors que des artistes de toutes les disciplines se rassembleront aujourd'hui sur la place des arts à Montréal pour manifester le droit à l'accès aux arts vivants, la députée de Mercier et responsable pour Québec solidaire en matière de culture, Ruba Ghazal, presse la ministre de la Culture de débloquer une aide d'urgence.

« Après bientôt un an de pandémie et de fermeture quasi complète des lieux de diffusion culturelle, le bilan est catastrophique: le secteur des arts, du spectacle et des loisirs a perdu plus d'emplois que tout autre secteur en 2020. La ministre a débloqué des sommes importantes pour aider le milieu, personne ne le nie. Mais cet argent passe essentiellement par les entreprises culturelles ou les gros joueurs établis. L'argent ne ruisselle pas toujours vers les artistes, qui sont de plus en plus nombreux à se réorienter professionnellement devant l'absence d'horizon pour leur travail », déplore Ruba Ghazal.

En attendant impatiemment la réouverture des lieux de diffusions culturelles, la députée de Mercier demande à la ministre de la Culture de débloquer une aide supplémentaire de 50 M$ qui passerait directement par le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), et qui pourrait ainsi se rendre plus facilement et rapidement dans les poches des artistes pour préparer la relance du secteur.

« Même si on ouvre les théâtres et les salles de spectacle demain matin, ça va prendre du temps avant de revenir à une programmation normale. Après plus d'un an sans spectacle, tous les artistes vont vouloir se produire sur scène, mais les salles ne vont pas se multiplier par magie. Le défi, quand ça va rouvrir, c'est l'engorgement. On le voit venir. Si elle veut vraiment relancer le milieu des arts vivants, la ministre Roy doit s'y prendre plusieurs coups d'avance et aider dès maintenant les artisans de la culture pour leur permettre de continuer de créer en attendant un retour complet à la normale », plaide madame Ghazal.

Repenser l'industrie culturelle
Pour la députée solidaire, la pandémie ne COVID-19 n'a pas créé la crise dans les arts vivants : elle n'a fait que l'accentuer. Après la crise actuelle, le milieu de la culture et des arts devra être consulté pour réformer en profondeur le financement de la culture au Québec.

« Depuis plusieurs années, le modèle de l'autoproducteur a pris de l'ampleur à un point tel qu'il est devenu le modèle dominant. Pourtant, les programmes de subventions gouvernementales ne se sont pas adaptés à ce virage. Au sortir de la crise, il va falloir repenser les règles d'attribution des subventions au milieu culturel pour permettre de mieux soutenir les autoproducteurs », a-t-elle conclut.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.