Publicité

2 octobre 2020 - 15:50

Soutien de 50 M$ sur six mois

Québec prévoit un remboursement de 75% des revenus de billetterie

Par Inès Lombardo, Journaliste

En point de presse ce vendredi 2 octobre, le premier ministre Legault et la ministre de la Culture Nathalie Roy ont annoncé les mesures de soutien aux salles de spectacles québécoises. Un remboursement jusqu'à 75% des revenus de billets vendus hors pandémie est sur la table. Cette aide correspond à 50 M $, accordés au secteur culturel dans tous les zones du Québec pour les six prochains mois, du 1er octobre au 31 mars.

« Il y a des programmations en cours. Comme nous ne savons pas quelle zone est susceptible de changer de couleur, cette aide s'adresse à toutes les zones », a affirmé Nathalie Roy.

Alors que le bilan de cas de ce 2 octobre est désastreux, avec le cap franchi de 1 000 nouveaux cas, 27 hospitalisations et 7 décès, François Legault a réitéré avec force la condition essentielle des deux mètres de distance avec les personnes qui ne sont pas de la même bulle familiale.

Remboursement des revenus de billetterie jusqu'à 75%

Dans ce contexte, tous deux ont annoncé une aide au milieu culturel de 50M $  pour compenser les annulations des spectacles ou permettre la tenue de ces derniers dans les zones en-dessous du palier rouge.

Cette aide sera administrée aux organismes culturels qui présentent des spectacles québécois dans les domaines des arts de la scène, de la musique, des variétés, de la littérature et du conte.

Les artistes qui recevront cette aide sont amenés à travailler les programmations dans le cas où, au 31 mars, ou avant, il n'y est pas de « désert artistique », comme l'a qualifié la ministre.

« Vous nous avez demandé de la prévisibilité,on vous en donne », a souligné la ministre Nathalie Roy en s'adressant aux artistes.

Avec cette somme, le gouvernement compte aider les producteurs et diffuseurs jusqu'à 75% des revenus moyens de billetterie qu’ils auraient normalement touché sans la pandémie. Cette mesure s'applique  si les spectacles sont annulés ou reportés et s'ils sont présentés devant un nombre restreint de spectateurs.

L'aide concerne même les salles en zone jaune ou verte, qui demeurent ouvertes. Pour ces dernières, la compensation sera moins élevée: Québec comblera la différence entre les revenus de billetterie réels et le seuil de 75 %.

« On ne sait pas si les salles de spectacles devront fermer pour six mois, on espère que ce sera un mois [en référence à l'effort de 28 jours demandé plus tôt cette semaine], a justifié le premier ministre. Contrairement aux restaurants, on ne peut pas couper pour un mois car les embauches d'artistes et des autres travailleurs de la culture se font sur la saison à venir... »

Critères d'accessibilité à l'aide

Pour avoir droit à cette aide, il faut donner l'assurance aux gouvernement que les artistes et tous les autres travailleurs reliés à une production seront payés. Les contrats des artistes et des travailleurs sera demandé et il y aura une reddition de comptes.

Ces 50 M$ sont gérés par le Conseil art et lettres du Québec (CALQ) et la Société de développement des entreprises culturelles (Sodec). Cette dernière gèrera les aide en fonction des coûts de plateau.

À noter que les annonces faites le 1er octobre par le ministre de l'Économie Pierre Fitzgibbon s'appliquent à ceux qui n’ont pas de programmation prévue, à hauteur de  80% pour couvrir le loyer, les taxes, les assurances et autres.

Musées privés et salles de cinéma

Les musées privés et les salles de cinéma en zone rouge pourront justement bénéficier des annonces du ministre Fitzgibbon.

Un montant de 5 M$ est également ajoutée au bénéfice des musées privés. Il s'agit d'une augmentation de 23% du soutien annuel accordée par le ministère de la Culture.

Quant aux salles de cinéma, les discussions sont toujours en cours avec l'association des propriétaires de ces salles pour fixer les modalités d'une aide adaptée.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.