Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
15 juin 2015 - 10:53

Stéphanie Tétreault devient "La protégée de l'apothicaire"

Jean-Luc Doumont

Par Jean-Luc Doumont, Journaliste

Twitter Jean-Luc Doumont

La Saguenéenne Stéphanie Tétreault publie La Protégée de l'Apothicaire, un imposant roman historique de plus de 500 pages. Pour sa première publication, elle plonge le lecteur dans la France du XVIIe siècle et narre l’histoire d’une jeune guérisseuse qui veut devenir apothicaire dans un pays et à une époque où les femmes ne sont pas du tout les bienvenues dans cette profession.

Dans La Protégée de l'Apothicaire, nous retrouvons Mérance, une jeune fille de seize ans qui, à la nuit tombée participe à des cérémonies païennes avec d'autres femmes de son village, Montcoutant. De plus, sa connaissance des plantes en fait une guérisseuse, tout comme l'était sa mère, à présent décédée.

Lorsque son père Samuel, un pasteur protestant, s'aperçoit que sa fille s'est engagée sur ce chemin, il décide de la marier à un jeune médecin de Montcoutant qui vient de terminer ses études à Montpellier. Bien décidée à réaliser son rêve de liberté, Mérance fuit le foyer et se réfugie chez Gustave Barbé au Mortier d'Or.

C'est dans l'apothicairerie de Gustave qu'elle apprendra, en tant qu'apprentie, tous les rudiments du métier qu'elle aimerait occuper. Par contre, les obstacles à franchir sont nombreux pour une femme qui veut se mêler à un monde d'hommes.

Onze années d'écriture

En entrevue, Stéphanie Tétreault révèle que ce roman lui a pris beaucoup de temps: "C'est un projet de longue haleine. Il m'a pris 11 ans d'écriture. Je l'ai commencé à 19 ans, explique-t-elle. Le travail de recherche a été important. Je voulais diffuser de l'information historique, mais dans les dialogues pour que ce roman touche un large public".

Pendant un an et demi, l'auteure originaire de Jonquière a retravaillé son manuscrit. Sans aucun plan d'écriture, Stéphanie Tétreault n'avait que des villes fictives en France, jusqu'au jour où le personnage principal lui a imposé le lieu et la date: "Ce qui est arrivé, c'est lorsque j'écrivais, le personnage était une fille de pasteur. Il y a des protestants et des catholiques. En fin de compte, le personnage a donné l'époque au livre", ajoute-t-elle.

Selon les dires de l'auteure, les premiers lecteurs achètent ce roman pour la période estivale sur le bord de la plage. Dès la fin de ce roman, la porte est ouverte pour un second tome. Mais est-ce la réalité? "Un second tome? Pas dans mes projets immédiats. Il ne faut jamais dire jamais. Je vais en écrire un autre, mais pour l'instant je profite de ce roman", a-t-elle conclu.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.