Publicité

22 novembre 2021 - 17:00

La coopérative prépare sa succession en 2022

Yves Girard annonce son départ après 20 ans à la tête de Nutrinor

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Le chef de la direction de Nutrinor, Yves Girard, a informé le conseil d’administration de la coopérative qu’il quittera ses fonctions après vingt ans passés à la tête de l’organisation.

Le conseil d’administration a amorcé le processus de recherche d’une candidate ou d’un candidat pour lui succéder au courant de l’année 2022.

« Je suis plus que reconnaissant d’avoir pu faire partie d’un bout de l’histoire de cette belle coopérative qui contribue significativement au développement de l’agriculture du Québec et, plus spécialement, de celui des agriculteurs de notre région pour lesquels j’ai une profonde affection, affirme M. Girard. Jamais je n’aurais pu y arriver sans les personnes qui m’ont accompagné au cours de toutes ces années, à commencer par mon équipe de direction. Aujourd’hui, je suis confiant pour le futur : la coopérative peut compter sur des administrateurs et des équipes matures, des gestionnaires de haut niveau, une relève solide et des employés engagés. Le moment venu, j’assurerai la transition avec la personne qui me succédera. »

Nutrinor a connu une importante évolution structurelle, diversifié ses activités et renoué avec la rentabilité sous la gouverne d’Yves Girard.

Lorsqu’il prend les rênes de la coopérative, en 2002, ses activités sont circonscrites au Saguenay–Lac-Saint-Jean et elle est aux prises avec d’importantes pertes financières (- 6,6 millions $).

Au cours des deux décennies suivantes, Yves Girard orchestrera la croissance de Nutrinor à travers des investissements de plus de 200 millions $, des acquisitions et fusions, et le développement de nouveaux produits et marchés, présentant des bénéfices importants lors de chaque bilan annuel (bénéfice net de 9,4 millions $ en 2020).

Deux fois plus d'employés

Dans la même période, le nombre d’employés doublera (400 à 900), le chiffre d'affaires passera de 250 à 600 millions $ et des places d’affaires seront établies dans six régions du Québec.

Autre fait d’armes d’Yves Girard : le développement de l’agriculture durable dans la région, concrétisation de sa vision, exprimée au milieu des années 2000, de faire du développement durable le « futur de Nutrinor ».

Au cours de la dernière année, quatre-vingt-dix productrices et producteurs agricoles ont amorcé leur transition vers cette agriculture du futur à l’initiative du Pacte agricole durable Nutrinor (PADN), rendu possible grâce à un investissement de 2,6 millions $. L’objectif du PADN est de favoriser une rentabilité croissante des entreprises agricoles à travers des pratiques responsables sur les plans environnemental, social et économique.

En février 2021, Nutrinor a lancé avec succès ses premiers produits laitiers issus de l’agriculture durable à la grandeur du Québec. Ce sont les premiers fruits d’une « petite révolution », comme se plaît à l’appeler le chef de la direction, dont l’objectif est de « faire du Saguenay–Lac-Saint-Jean un leader mondial en agriculture durable ».

« Il faut aller encore plus loin, continuer d’améliorer nos performances environnementales, sociales et économiques tant à la ferme que dans les activités de tous les secteurs de Nutrinor, soutient Yves Girard. Avec l’évolution numérique colossale de nos opérations, tels sont les grands défis des prochaines années pour assurer une croissance durable de la coopérative. »

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.