Publicité

19 octobre 2020 - 09:00

Ils s'inquiètent de ne pas avoir de liquidités suffisantes ou accès à du financement

Près du tiers des propriétaires de PME craignent de ne pas survivre à la deuxième vague

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Près du tiers (31 %) des propriétaires ou dirigeants de petites et moyennes entreprises au pays craignent de ne pas avoir les capitaux nécessaires pour passer à travers une deuxième vague de COVID-19 si l'économie s'effondre, selon un récent sondage réalisé par KPMG.

Plus de la moitié (54 %) admettent qu'ils consacrent actuellement tous leurs efforts à leur survie.

« Nous sommes à un moment charnière qui pourrait propulser ou détruire de nombreuses petites et moyennes entreprises », déclare John Cho, associé et leader des Services-conseils transactionnels chez KPMG.

« Ces entreprises sont l'épine dorsale de l'économie canadienne et, jusqu'à présent, nous avons vu quelques cas d'insolvabilité. Mais les inquiétudes concernant une deuxième vague qui mènerait à une autre fermeture font qu'un répondant sur quatre envisage sérieusement de quitter son entreprise.

Principales conclusions du sondage :

• Parmi les propriétaires ou dirigeants de petites et moyennes entreprises, 31 % s'inquiètent de ne pas avoir de liquidités suffisantes ou un accès à du financement pour survivre à une deuxième vague de COVID-19. En outre, 11 % des répondants ont déclaré qu'ils ne disposaient pas de liquidités suffisantes ou d'un accès au financement dans un avenir proche.

• Une proportion de 54 % disent que leur « priorité immédiate est la survie ».

• Près de 40 % d'entre eux craignent de ne pas se remettre des séquelles économiques de la pandémie.

• Près d'un répondant sur quatre (23 %) regrette de ne pas avoir vendu son entreprise plus tôt, et un nombre presque égal (24 %) cherche à vendre en raison des coûts plus élevés et des difficultés accrues liées à la gestion et à la protection de ses employés pendant la pandémie.

• Parmi les répondants, 29 % considèrent la pandémie comme une occasion de développer leur entreprise, soit à l'interne, soit par le biais d'acquisitions.

• En tout, 30 % se disent qu'ils s'en sortent mieux ou bien mieux que leurs concurrents et près du quart (23 %) disent que leur situation est pire ou bien pire.

Méthodologie

KPMG a interrogé 500 petites et moyennes entreprises canadiennes entre le 17 et le 24 septembre, lorsque les cas de COVID-19 ont refait surface au Canada.

Le sondage en ligne auprès des propriétaires et dirigeants d'entreprises a été réalisé par le premier panel de recherche en ligne de Delvinia, AskingCanadians.

Quarante-six pour cent des répondants sont âgés de 55 ans et plus et 38 % sont des femmes.

Trente pour cent ont déclaré des revenus annuels inférieurs à 500 000 dollars, 26 % ont des revenus compris entre 500 000 et 5 millions de dollars, 23 % ont des revenus compris entre 5 et 20 millions de dollars, 10 % ont des revenus compris entre 20 et 100 millions de dollars, et les 10 % restants ont déclaré des revenus de 100 millions de dollars.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.