Publicité

22 octobre 2021 - 15:00

L’homme de 43 ans fait maintenant face à une accusation de meurtre au premier degré

Meurtre d’Éric Toutcourt Gaudreault : l’état mental de l'accusé sera évalué

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Le présumé meurtrier du sans-abri Éric Toutcourt Gaudreault au centre-ville de Chicoutimi en début de semaine a comparu de nouveau ce vendredi au palais de justice et il fait maintenant face à une accusation d’homicide volontaire.

La Couronne a retiré le chef de meurtre au second degré porté contre Éric Gaudreault, 43 ans, pour le remplacer par meurtre prémédité, le chef d’accusation le plus grave du Code criminel.

Son avocat, Me Luc Tourangeau, a pris acte de cette décision et a demandé qu’il soit évalué psychologiquement pour déterminer s’il est apte à subir un procès.

Cette évaluation devrait être présentée devant le tribunal le 19 novembre prochain.

Entre-temps, interrogé par Néomédia, Me Tourangeau a mentionné qu’il s’interroge sur les capacités de son client, qu’il connaît bien.

« Il est très désorganisé, a indiqué l’avocat. Lors de comparution, il criait et ne voulait pas sortir de sa cellule. Moi je pense qu’il a le droit d’être évalué. C’est quelqu’un qui vit dans la rue depuis longtemps. Il fait des allers-retours entre des logements supervisés et la Maison d’accueil pour sans-abri. On doit savoir s’il est apte à subir un procès, sous un chef d’accusation aussi grave. »

À lire également :

Meurtre à Chicoutimi : la victime était connue et appréciée

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.