Publicité

16 juillet 2021 - 10:30

Les Premières Nations mettent fin au dialogue avec le promoteur

Le projet de GNL Québec ne se réalisera pas, affirment les Innus

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Même si le président de GNL Québec Tony Le Verger a dit vouloir poursuivre le dialogue avec les Innus de Mashteuiatsh, Essipit et Pessamit après qu’ils se soient opposés formellement au projet, ils n’ont pas l’intention d’échanger avec le promoteur.

« Il n'y aura pas de discussions, affirme le vice-chef de Mashteuiatsh, Charles-Édouard Verreault. Le projet ne verra pas le jour! »

« À Mashteuiatsh, Essipit et Pessamit, nous avons la conviction que si nous acceptions les projets de GNL Québec, nous manquerions à tous nos devoirs envers ce territoire où nos ancêtres sont installés depuis des millénaires et où nous détenons des droits ancestraux et des titres innus, souligne M. Verreault. Cette décision met fin au dialogue avec GNL Québec.»

Une action en justice

Affirmant que les projets de gazoduc, d'usine de liquéfaction et de transport du gaz naturel vers des marchés externes ne se feront pas sans le consentement des Innus, M. Verreault a également soutenu que les Premières Nations n'excluent pas de lancer une action en justice afin d'empêcher la réalisation des projets de GNL Québec.

Se disant prêt à toute éventualité, le vice-chef de Mashteuiatsh ajoute avoir déjà planifié les mesures à prendre si le gouvernement du Québec décidait d'aller de l'avant et de forcer l'acceptation des projets de GNL Québec par voie de décret ou autrement.

En appui à la position de M. Verreault, les chefs des trois Premières Nations affirment, dans une lettre datée du 13 juillet adressée à Jim Illich, président du Conseil d'administration de GNL Québec, que leur position demeure ferme quant à leur opposition au projet.

« Dans l'intérêt de nos membres et des générations futures, nous entendons poursuivre notre démarche d'opposition et empêcher la réalisation du projet Énergie Saguenay », peut-on y lire.

Engagements sans fondements

« Suite à une période d'études et d'analyses réalisées avec rigueur et diligence de notre part, nous en sommes arrivés à la conclusion que les projets de GNL Québec étaient inacceptables sur le plan environnemental étant donné, notamment, que la quasi-totalité du gaz naturel que l'on voudrait acheminer à travers nos territoires ancestraux proviendrait de la fracturation hydraulique, procédé d'extraction dénoncé à travers le monde entier, dit Charles-Édouard Verreault. Par ailleurs, et comme le mentionne le rapport du BAPE, nous avons constaté qu'il n'existe aucun moyen efficace pour GNL Québec de s'assurer que le gaz naturel liquéfié servirait effectivement de substitut à des combustibles plus polluants dans les marchés d'exportation visés. Impossible, donc, pour la compagnie de rencontrer ses engagements en matière de diminution globale des gaz à effet de serre (GES), pas plus que les conditions fixées par le gouvernement pour donner le feu vert aux projets.»

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.