Publicité

8 octobre 2020 - 16:04 | Mis à jour : 17:09

Le CIUSSS a décidé de mettre en place un plan d’encadrement pour freiner l’augmentation des cas

Fini les visites de courtoisie dans les hôpitaux de la région

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

Les visites dites de courtoisie dans les hôpitaux de la région seront interdites à partir de ce vendredi pour protéger les patients et le personnel des établissements vient de décider le CIUSSS, en raison de l’augmentation marquée des cas de COVID-19.

C’est le directeur des services multidisciplinaires Serge Lavoie qui l’a annoncé lors d’un point de presse virtuel en compagnie du directeur régional de la santé publique, le Dr Donald Aubin.

« On augmente notre niveau de vigilance compte tenu de l’évolution de la situation, a précisé M. Lavoie. On a décidé de restreindre les visites dans les hôpitaux uniquement aux proches aidants et à quelques clientèles cibles. Se présenter par hasard et venir saluer cinq minutes, ce ne sera plus permis. On va accepter seulement les proches aidants qui peuvent apporter aux patients du soutien moral et certains soins de confort parfois. »

Le directeur des services multidisciplinaire insiste sur le fait qu’il faut limiter les risques de contamination alors qu’il y a actuellement beaucoup de transmission communautaire du virus.

Plan d’encadrement

« À partir de demain, la sécurité sera également resserrée avec davantage d’agents de sécurité aux entrées qui vont filtrer les visites. Ils vont poser des questions et faire respecter les consignes, ajoute M. Lavoie. On va aussi être plus vigilant sur le nombre de personnes autorisées dans chaque chambre et on va équiper les proches aidants de signes distinctifs comme un bracelet pour les suivre dans l’établissement. C’est un plan d’encadrement des visiteurs. »

Outre la présence autorisée d’un ou deux proches aidants à la fois, il a précisé que les visites seront également autorisées dans les secteurs comme la salle d’urgence, la pédiatrie, la cancérologie, l’obstétrique, la néo natalité, les soins palliatifs et de fin de vie.

« C’est vrai que c’est contraignant et on le sait, mais dans la situation actuelle, on doit protéger nos patients et le personnel qui est en première ligne. Le virus nous arrive maintenant de tout bord et de tout côté. Faut se préparer. »

Plus tôt, le directeur régional de la santé publique, le Dr Donald Aubin, a été appelé à commenter la hausse de 23 cas de personnes infectées par la COVID-19 d’aujourd’hui, qui porte le total à 527 depuis le début de la pandémie.

186 cas depuis juillet

« C’est une augmentation importante et c’est très préoccupant, a déclaré le Dr Aubin. Depuis le 12 juillet dernier, on parle de 186 cas nouveaux cas. C’est la plus forte augmentation quotidienne qu’on a eue. Il y a présentement 87 cas actifs et 657 personnes sont isolées. »

La présence du coronavirus a également été signalée dans 17 sites d’éclosions jusqu’à maintenant, dont l’hôpital d’Alma, a prévenu le directeur régional de la santé publique.

M. Aubin a aussi lancé un appel à la population afin qu’elle évite les déplacements à l’extérieur de la région.

À la veille du long congé de l’Action de grâces, les gens d’ici doivent rester prudents selon lui, se responsabiliser et respecter les consignes.

« La meilleure gestion des accès, c’est celle qu’on fait nous-mêmes, termine le Dr Aubin. C’est de ne pas prendre la route pour aller dans un autre milieu, de ne pas inviter de gens chez nous. Le mot d’ordre, c’est de faire très attention. Il faut être conscient qu’il y a un risque en se déplaçant. »

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.