Publicité

1 octobre 2020 - 09:00

Utilisation d’un cellulaire ou d’un écran d’affichage au volant

Plus de 3 000 constats d’infraction remis durant l’opération Distraction

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

L’ensemble des services de police du Québec a remis plus de 3 100 constats d’infraction pour l’utilisation d’un appareil électronique portatif ou d’un écran d’affichage au volant durant l’opération nationale concertée Distraction 2020 qui s’est déroulée du 18 au 24 septembre derniers.

Cette campagne, menée en collaboration avec la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) et Contrôle routier Québec (CRQ), voulait conscientiser les conducteurs aux dangers liés à la distraction au volant.

En plus d’une campagne médiatique, alors que des messages de prévention ont été diffusés sur les réseaux sociaux, les services policiers ont réalisé plus de 3 000 opérations.

Les policiers rappellent que l’utilisation d’un appareil électronique portatif ou d’un écran d’affichage au volant réduit l’attention et la concentration du conducteur, et augmente les risques d’être impliqué dans une collision.

La distraction au volant augmente aussi grandement les risques de commettre d’autres infractions au Code de la sécurité routière, car vous quittez la route des yeux.

Les opérations qui ciblent l’utilisation de ces appareils ont pour objectif de sensibiliser les usagers du réseau routier aux risques que représente la distraction au volant et ainsi adopter un comportement sécuritaire et responsable.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.