Publicité
16 mars 2020 - 10:59

Expulsion de locataires : Loge m’entraide réclame plus qu’une semaine de suspension

Par Salle des nouvelles

Loge m’entraide salue la décision de la ministre de l’Habitation, Andrée Laforest, d’être revenue sur la décision de la Régie du logement concernant les jugements pouvant mener à l’expulsion des locataires du Québec.

En effet, la ministre Laforest a décidé de limiter les audiences jusqu’au 23 mars inclusivement.

La coordonnatrice de Loge m’entraide est soulagée, mais persiste et signe en réclamant un moratoire.

« Une semaine, c’est un premier pas, mais c’est bien trop peu ! Il faut absolument un moratoire de longue haleine lié aux expulsions des locataires tant et aussi longtemps que la pandémie ne s’est pas résorbée », a affirmé Sonia Côté, rappelant que des pays comme l’Espagne et des villes américaines (Seattle, New York) qui ont adopté des moratoires sur les évictions, dont la France où les expulsions locatives sont interdites deux mois de plus que d’ordinaire.

Pertes de revenus

Sonia Côté presse aussi les ministres Legault et Trudeau d’annoncer rapidement les mesures financières pour ceux qui subissent des pertes de revenus liées à la COVID-19, dont les locataires.

« Nous pensons aux gens qui ont des revenus précaires comme ceux qui travaillent dans les services, le secteur manufacturier, les travailleurs autonomes, etc. Ils pourraient avoir de la difficulté à payer leur loyer. Ils doivent eux aussi être soutenus convenablement et rapidement. »

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.