Publicité
11 février 2020 - 15:59

Service de garde en milieu familial : un autre vote de grève adopté dans la région

Par Salle des nouvelles

À l’instar de leurs collègues du Lac-Saint-Jean, c’est avec une forte majorité que les membres du Syndicat des responsables en service de garde en milieu familial du Saguenay ont voté pour la grève.

Les demandes de recul de la partie patronale ont soulevé le mécontentement général. Le manque d’écoute et d’ouverture semble être la trame de fond de cette négociation.

Par ce geste, les RSG dénoncent les offres inacceptables du gouvernement qui maintient des milliers de femmes en dessous du salaire minimum.

De façon démocratique, tous les syndicats de la CSN se prononceront sur cette recommandation en votant d’ici le jeudi 20 février. La résolution adoptée prévoit que la grève pourra être déclenchée au moment opportun si la négociation nationale ne progresse pas de façon significative.

La durée de la grève sera communiquée à l’avance pour s’assurer que les parents pourront prendre des arrangements.

« C’est insensé ! En plus d’ouvrir nos portes plus de 50 heures par semaine, ce qui ne compte pas les heures de désinfection, de préparation des repas et des activités, nous sommes tenues de suivre six heures de formation annuellement sur nos heures de travail ! Il nous semble juste de demander que la durée de la formation et de perfectionnement soit rémunérée », affirme Marie-Christine Boies, présidente du syndicat.

Non seulement les offres du Conseil du trésor ne permettent pas de rattraper le salaire minimum, mais elles ne couvrent même pas l’inflation prévisible souligne le syndicat, avec un maigre 6,5 % de plus sur cinq ans. C’est donc un appauvrissement des RSG qui se prépare si rien ne change !

« Alors que le ministre de la Famille souhaite valoriser le travail d’éducatrice en milieu familial régi et subventionné, il refuse néanmoins de combler l’écart de rémunération atteignant 18 000 $ avec l’emploi comparateur d’éducatrice non formée à l’échelon 1. Il est grand temps de faire preuve de respect envers les RSG et de reconnaître le travail essentiel effectué auprès de nos enfants », soutient Guillaume Wilson-Patry, vice-président régional de la Fédération de la santé et des services sociaux.

Depuis trois ans, environ 25 % des RSG ont fermé leurs portes et l’hémorragie risque de s’accélérer si les offres ne leur permettent pas d’obtenir des conditions de travail plus acceptables.

Rappelons que le Syndicat des responsables en service de garde en milieu familial du Saguenay–Lac-Saint-Jean - CSN, compte environ 75 travailleuses et est affilié à la FSSS–CSN, la plus importante organisation syndicale dans les services de garde au Québec. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.