Publicité

21 novembre 2018 - 14:28

Québec solidaire appuie la lutte pour la préservation de l’intégrité du Fjord

Par Salle des nouvelles

Les deux porte-parole de Québec solidaire dans la région, Pierre Dostie et Marie-Francine Bienvenue, dénoncent vigoureusement l’ensemble des projets qui font saliver les investisseurs étrangers et qui compromettent directement la lutte au réchauffement climatique selon eux.

Ils estiment que cela va en plus menacer, pour certains d’entre eux, la sécurité de la population, la survie des bélugas et l’avenir de l’industrie touristique dans la région.

Les projets de gazoduc en provenance de l’Ouest, de liquéfaction et de port méthanier à Grande-Anse d’Énergie Saguenay, comportent de nombreux risques à leur avis pour la population avoisinante et la faune aquatique, en plus d’écouler du gaz principalement de fracturation vers l’exportation.

Ce produit, qui est faussement présenté comme une énergie de transition par rapport au pétrole ou au charbon selon eux, se trouve à être tout aussi générateur de GES que le pétrole des sables bitumineux, si l’on tient compte de sa production, des fuites inévitables et de son cycle de vie. Or, selon les experts du GIEC et de l’ONU, il est urgent de cesser l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures, grands responsables des GES, et d’utiliser plutôt les énergies vertes qui sont sur le marché et de plus en plus abordables.

Mais voilà, selon Pierre Dostie, « les vendeurs de gaz sont aux prises avec un énorme surplus à écouler dans un contexte où les prix du marché sont au plus bas. L’accès à une porte pour l’exportation pourrait favoriser l’augmentation des prix, donc des bénéfices et surtout, à terme, la température du globe ».

Le projet Ariane phosphate, s’inscrit dans une filière de production industrielle de fertilisant agricole, responsable de la pollution des eaux par le phosphore utilisé sans retenue. M. Dostie croit qu’en plus de massacrer le Fjord en y faisant une immense blessure de 28 étages de haut par 280 mètres, l’impact du transport par camion, le bruit, la circulation maritime produira un impact négatif sur la qualité de vie des riverains et sur l’industrie touristique.

De plus, la circulation des camions compromettra selon lui la sécurité de milliers de villégiateurs qui utilisent la route L-200.

Le projet de Métaux BlackRock semble avoir obtenu une entente avec Rio Tinto pour le transport par train de la matière depuis Chibougamau, qu’il serait de toute façon plus écologique de transformer sur place. De nombreux questionnements subsistent néanmoins à son avis. Ce projet exigera une quantité phénoménale d’eau potable que la Ville de Saguenay ne sait pas encore comment elle lui fournira. Sans compter la pollution par le bruit dont souffrira la population avoisinante du site, le dioxyde de soufre répandu dans l’air, la poussière, etc.

« N’oublions pas que cette usine sera l’une des plus polluantes du Québec », de rappeler madame Bienvenue.

De plus, les études d’impact de ces projets sont actuellement menées par segments et l’on devrait plutôt les réaliser dans l’ensemble selon elle, car leur impact sera combiné par exemple sur la circulation maritime ou terrestre. Sans compter que ces projets sont à long terme, et impliquent donc entretemps de modifier l’environnement de manière irrémédiable, en plus de disposer d’un financement incertain face à un marché peu favorable, et n’auront finalement pas des retombées significatives qui en valent le sacrifice, à son avis.

Par-dessus le marché, le Conseil de ville de Saguenay semble voir d’un bon œil la construction d’un deuxième pont sur le Saguenay. Cette orientation va elle aussi selon la porte-parole de QS complètement à l’encontre des mesures requises pour favoriser la réduction des GES et prévenir l’étalement urbain. Des solutions de rechange existent pour réduire le trafic routier, par exemple le covoiturage et des circuits d’autobus réservés vers certaines destinations plus fréquentées comme les grandes entreprises, les établissements publics, etc.

Les deux porte-parole, qui étaient respectivement candidats dans Chicoutimi et Dubuc, tiennent à rappeler que QS a proposé un plan de transition économique susceptible de créer 300,000 nouveaux emplois verts au Québec, et ce, dès maintenant. Ils refusent d’entendre qu’ils sont contre les projets de développement économique. L’urgence climatique impose cependant un virage majeur dans le type de projets à développer.

Le regroupement des associations régionales de QS combattra sans relâche ces projets. Il appuiera énergiquement la Coalition Fjord, les collectifs locaux et les Premières nations dans leur lutte pour obtenir l’information et la voix au chapitre dans l’ensemble de ces dossiers.

Enfin, les porte-parole ont l’intention d’obtenir l’appui du Conseil national du parti, qui se réunira les 7- 8-9 décembre prochain, ainsi que de l’aile parlementaire.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.