Publicité

19 novembre 2015 - 13:09 | Mis à jour : 13:33

Grève à la Villa Saint-Alexis: les travailleuses reçoivent de nombreux soutiens

Aline Honigmann

Par Aline Honigmann, Journaliste

Chargement du vidéo

Voir la galerie de photos

En grève depuis le 14 novembre dernier, les 30 travailleuses de la Villa St-Alexis ont reçu aujourd'hui la visite du comité de négociation nationale de la Fédération de la santé et des services sociaux de la CSN (FSSS-CSN), venu appuyer leurs revendications, notamment salariales. 

Les négociations sont au point mort pour les 30 travailleuses de la Villa St-Alexis, à La Baie. Rappelons qu'en réponse aux propositions jugées irrespectueuses de leur employeur, les membres du Syndicat CSN de la Villa St-Alexis ont adopté en assemblée générale, le 23 septembre dernier, un mandat d’augmentation des moyens de pression pouvant aller jusqu’à la grève, déclenchée le 14 novembre. 

Présentes cet avant-midi devant la Villa, des nombreuses travailleuses ont reçu le soutien de membres d’autres syndicats CSN de la région. Pour le président du syndicat des paramédics Saguenay-Lac-Saint-Jean-Nord FSSS-CSN Martin Harvey, son soutien était évident: « On est aussi en revendication au niveau de notre convention, et nous sommes tous ensemble à essayer d'avoir des conditions raisonnables et qui nous permettent de vivre, pour les gens de St-Alexis et pour les ambulanciers », explique-t-il.

La vice-présidente de la FSSS-CSN responsable des centres d’hébergement privés Nadine Lambert était également présente. Elle a déploré l'attitude de l'employeur, qui "fait la sourde oreille" aux tables de négociation, et a rappelé l'appui reçu par les 30 grévistes de la Villa St-Alexis de l'ensemble des travailleurs du réseau de la santé et des services sociaux, et promet de "continuer la lutte". 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.