Publicité

13 novembre 2015 - 09:50 | Mis à jour : 09:58

Le SFPQ dénonce le recours à la sous-traitance en bloquant l’accès au chantier de l’autoroute 70

Aline Honigmann

Par Aline Honigmann, Journaliste

Chargement du vidéo

Voir la galerie de photos

Une cinquantaine de membres du Syndicat de la fonction publique du Québec (SFPQ) ont bloqué dès 8h ce matin les accès des chantiers de construction du prolongement de l'autoroute 70 vers La Baie. Ils dénoncent l'utilisation excessive de sous-traitants par le Ministère des Transports.

De nombreux camions de sous-traitants attendaient ce matin devant les accès des chantiers de construction du prolongement de l'autoroute 70 vers La Baie, bloqués par une action-surprise du SFPQ. Dans le cadre des deux jours de débrayage démarrés hier, l'antenne régionale du Syndicat de la fonction publique du Québec souhaite en effet sensibiliser la population sur l'enjeu de la sous-traitance au Ministère des Transports (MTQ).

La Présidente  régionale SFPQ Saguenay-Lac-St-Jean-Chibougamau-Charlevoix-Haute-Côte-Nord Brigitte Claveau explique que le chantier de La Baie, au coût de 30 M$, représente un symbole fort pour dénoncer la situation au MTQ: « Sur ce chantier, si on regarde au niveau de l'interne du MTQ, environ cinq personnes y travaillent seulement, tout le reste est de la sous-traitance », dénonce-t-elle.

Selon la Présidente régionale du SFPQ, les problèmes du MTQ sont liés au recours trop fréquent de ressources externes, mais également à la perte d’expertise du Ministère en raison des salaires trop faibles: « Les effectifs diminuent continuellement, l'expertise disparaît parce que les employés quittent pour de meilleurs salaires dans le privé. On parle de 30% de salaire en plus », croit-elle.

Le SFPQ demande aujourd'hui un équilibre entre les parties, arguant que la sous-traitance coûte deux fois plus cher que si les travaux étaient faits à l'interne, et pénalise les employés du MTQ.

Édit 10h: Les sous-traitants bloqués devant les accès du chantier de l'autoroute 70 ont pu reprendre le travail après deux heures de manifestation des syndiqués du SFPQ.

 

 

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.