Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Pierre Bruneau poursuit sa mission lors de la 26e édition du Tour Charles-Bruneau

durée 06h37
2 juillet 2022
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par La Presse Canadienne, 2022

MONTRÉAL — Lorsqu'il a pris sa retraite après 46 ans comme chef d'antenne chez TVA, Pierre Bruneau a souligné qu'il se dévouerait entièrement à sa «mission d'une vie». Deux semaines plus tard, voilà qu'il enfourchera son vélo pour la 26e édition du Tour CIBC Charles-Bruneau.

Dès dimanche, 35 cyclistes, dont Pierre Bruneau et le comédien Paul Doucet, partiront de Matane en vélo avec comme objectif de revenir à Boucherville six jours plus tard.

Ce sont donc près de 800 kilomètres que ces cyclistes devront parcourir dans le but d'amasser des fonds pour la fondation, qui est dédiée à la recherche contre le cancer chez les enfants.

«Je me suis entraîné pas mal. Bon, je pense que j'ai encore assez d'énergie. J'ai toujours beaucoup aimé faire du vélo, alors ça reste dans mes gènes», a assuré M. Bruneau en entrevue. 

«C'est sûr que je n'ai pas la fougue que j'avais quand j'ai commencé à faire ce tour-là, il y a 26 ans, mais je suis content quand même de pouvoir le faire. Et honnêtement l'objectif ce n’est pas de tout faire pour moi, c'est d'en faire le plus possible. Je suis capable de tout le faire.»

Mais aujourd'hui, le Tour CIBC Charles-Bruneau compte beaucoup plus que les 35 cyclistes qui feront le long chemin entre Matane et Boucherville.

Au total, ce sont plus de 1000 participants qui se grefferont aux différents parcours organisés au cours de la semaine à travers le Québec, sans compter ceux qui ajouteront leur contribution en mode virtuel.

L'ampleur de l'événement flatte celui qui a été le visage de l'information au réseau TVA pendant des décennies, mais qui n'a jamais ménagé ses efforts envers la fondation qu'il a créée à la suite du décès de son fils, Charles, en 1988.

«Tout ce monde a vraiment tout mon respect. On a 200 bénévoles dans l'équipe, alors c'est pour dire que ça mobilise pas mal de Québécois au cours des prochains jours, puis on en est très fiers. Vraiment», a insisté M. Bruneau.

De grandes retrouvailles

Afin de lancer en grand la semaine du tour, une cérémonie de départ symbolique est prévue samedi matin devant le Centre de cancérologie Charles-Bruneau du CHU Sainte-Justine.

Mais le moment auquel Pierre Bruneau a le plus hâte, c'est la grande fête qui clôturera le défi, vendredi à Boucherville.

«Ça va nous permettre, encore une fois, de célébrer la fin de la pandémie — même si ce n'est pas tout à fait terminé. Cela va marquer aussi la reprise de nos activités à la fondation parce que, soyons honnêtes, nous n'avons pas eu beaucoup d'activités ces deux dernières années, alors je pense que ça va faire beaucoup de bien.»

Même avec un nombre réduit d'activités, la Fondation Charles-Bruneau n'a pas baissé les bras au cours de la pandémie. L'an dernier, le Tour CIBC Charles-Bruneau a permis d'amasser 4,7 millions $, portant la somme totale récoltée depuis ses débuts à 38 millions $.

Toujours plus près du but

Après toutes ces années d'engagement, Pierre Bruneau demeure convaincu de l'importance de poursuivre le travail avec sa fondation, malgré sa retraite du monde de l'information.

Chez les enfants, le cancer reste la première cause de maladie mortelle, rappelle-t-il.

«La mission, c'est vraiment de mettre en place les meilleurs éléments pour permettre aux jeunes d'avoir les meilleures chances de guérison. On travaille pour une enfance sans cancer. On espère qu'un jour, on va l'atteindre.»

Les statistiques sont toutefois encourageantes. Lorsqu'il a reçu un diagnostic de leucémie, Charles Bruneau avait 30 % de chance de guérison, mais ce taux est passé à près de 85 % aujourd'hui pour certaines formes de cancer.

Pierre Bruneau croit toutefois qu'il faut toujours pousser ce chiffre vers le haut.

«Il y a chaque jour une famille qui apprend que son enfant a le cancer. Et chaque semaine, on en perd encore un. Donc il y a encore beaucoup à faire, mais ça avance.»

Mathieu Paquette et Martin Leblanc, La Presse Canadienne