Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
17 mai 2018 - 15:09 | Mis à jour : 15:57

Le poulailler urbain, un projet contemporain

Par Kimberly Ouellette, Journaliste

Afin d’inculquer les valeurs du développement durable aux plus jeunes, Nancy Lépine, enseignante à l’École secondaire de la Cité-des-Jeunes et Monika Brinkman, artiste mosaïste ont mis sur pied le projet du Poulailler Urbain.

Le projet dirigé par les deux femmes se démarque de plusieurs façons. D’abord, l’école secondaire de la Cité-des-Jeunes est la première école au Québec à accueillir un poulailler au sein de son établissement. De plus, il sera maintenu par les étudiants.

Par ailleurs, le projet d’une grande envergure implique des élèves de secondaire un, quatre, cinq et du programme Pré-DEP.

« Le projet s’inscrit dans le développement durable, ce qu’on voulait faire, c’est d’inculquer des valeurs écologiques aux élèves », explique Mme Lépine. « Nous avons voulu développer chez les jeunes, de l’empathie envers les animaux, de se conscientiser aux causes environnementales et de valoriser le travail d’équipe. »

La confection du poulailler

Pour encourager la récupération, tous les élèves de Mme Lépine, ont été invités à apporter de la maison de la vaisselle qui ne servait plus. Les matériaux récupérés ont servi à décorer le poulailler.

De son côté, M. Stea, enseignant au Pré-DEP, a lui aussi utilisé des pièces usagées, telles que des ventilateurs d’ordinateurs et de micro-ondes, afin de réaliser la construction du poulailler.

Une pensée écologique

Par ailleurs, le Poulailler Urbain est doté d’un toit vert qui cultivera de la menthe. En plus d’embellir le jardin de la Cité, la menthe dégagera un parfum enchanteur.

Le Jardin de l’école

Le projet occupe une place importante pour Monica Brinkman. Non seulement elle saisit l’occasion de partager sa passion avec les élèves, mais également de rendre hommage à M. Marchant, l’architecte du jardin situé au cœur de l’école.

L’inauguration de ce Poulailler Urbain devrait avoir lieu dans les prochaines semaines.

** Texte écrit en collaboration avec Jessica Brisson **

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vaudreuil-Soulanges se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vaudreuil-Soulanges collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.