Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
22 mars 2018 - 08:00 | Mis à jour : 12:19

Émilie Beauchesne publie son mémoire : Permis de tuer ? Masculinité, culture du viol et forces armées

Par Jessica Brisson, Journaliste

Le 14 mars, après un an d’écriture, Émilie Beauchesne, de Vaudreuil-Dorion, présente au grand public, son tout premier livre : Permis de tuer ? Masculinité, culture du viol et forces armées. Ce premier ouvrage de 110 pages, ouvrira, sans contredit, le dialogue sur un sujet toujours aussi d’actualité.

À peine âgée de 30 ans et détentrice d’une maîtrise en science politique - relations internationales et études féministes de l’UQAM, Émilie Beauchesne s’est toujours questionnée, a toujours été choquée devant cette banalisation des actes de violences, des viols que subissent les femmes, dans les différentes institutions dont les forces armées.

Au fil de ses recherches, le cas du colonel Russell Williams s’est imposé comme trame de fond de son mémoire de maîtrise aujourd’hui publié et disponible pour tous.

« Avec mon livre, j’ai voulu démontrer et surtout dénoncer le fait que les histoires d’horreur comme celle du colonel Williams semblent être une pratique courante, voire même une norme, dans les grandes institutions comme dans ce cas-ci, l’armée. L’État et les médias semblent minimiser ces histoires, les qualifiants de cas isolés, alors que l’histoire nous prouve totalement le contraire », explique l’auteure.

Les récentes sorties de milliers de femmes accusant des hommes de pouvoir, d’agression et de harcèlement sexuel viennent également soutenir la thèse d’Émilie Beauchesne voulant que cette dynamique du système soit en fait « le reflet de la socialisation à l’oeuvre dans la société patriarcale.»

Bien que le sujet du livre d’Émilie Beauchesne, Permis de tuer ? Masculinité, culture du viol et forces armées, soit lourd, il s’avère nécessaire dans le contexte médiatique actuel alimenté par les mouvements #moiaussi et #metoo. L’opus est présentement disponible en librairie.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Vaudreuil-Soulanges se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Vaudreuil-Soulanges collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.