Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
17 octobre 2017 - 14:29

L’autonomie participative, pourquoi pas?

En novembre prochain auront lieu des élections municipales. Ces élections peuvent, si nous le voulons, être un tremplin pour donner un second souffle au développement local et régional.

Un peu partout dans le monde, on assiste à une revendication visant une plus grande autonomie locale et régionale. Cette revendication provient notamment du fait que les grands gouvernements centralisés ont de plus en plus de difficultés à répondre aux besoins et aux priorités des populations habitant des territoires possédant des réalités très différentes. Alors que les municipalités sont le gouvernement le plus près des populations, et donc les plus en mesure de répondre adéquatement aux réalités les concernant, elles sont maintenues dans un état de dépendance face à Québec et à Ottawa.

Ce n’est pourtant pas la dépendance qui permet de se développer, mais bien l’autonomie. À l’UNESCO, on dit que « le développement est un processus qui vise à rendre les individus et les collectivités plus autonomes et mieux en mesure de maîtriser leur destinée».

René Lévesque affirmait que « la décentralisation est un acte de confiance envers les régionaux dans leur capacité à trouver des solutions adaptées à leur réalité ». On est bien loin de cela actuellement. C’est pour cette raison que nous croyons que les candidats et candidates aux élections municipales doivent saisir l’occasion de réclamer davantage d’autonomie, en disant à leur population : « Si je suis élu, non seulement je vais m’occuper des égouts, des trottoirs et des parcs, mais je revendiquerai également plus d’autonomie financière et politique pour la municipalité et la région».

Par ailleurs, nous croyons que si nous voulons bien réussir la décentralisation, il faut que les citoyennes et citoyens y soient associés de près. On ne peut concevoir de décentralisation sans participation citoyenne. On ne peut laisser les décisions qui nous concernent dans les seules mains de nos élus, quand bien même ils seraient les meilleurs.

Pour ce faire, entre autres moyens, il existe actuellement sur le marché tout une panoplie de logiciels de sondages et de démocratisation des décisions, qui sont de moins en coûteux et de plus en plus facile d’utilisation. Il est aujourd’hui facile et peu onéreux pour les élus, de faire participer leurs concitoyennes et concitoyens aux décisions et orientations de leur municipalité.

D'autres municipalités optent pour un budget participatif qui confie l'attribution d'un montant du budget de la municipalité aux projets soumis pas les citoyennes et les citoyens. Une telle politique de participation citoyenne garantira qu’ils veulent tous travailler non seulement pour la population, mais également avec elle.

Denis Trottier

Édith Cottenoir

Éric Dubois

Philippe Dumont

Delphine Malempré

Simon-Olivier Côté

Pierre Dostie

Charles Bois

Engelbert Cottenoir

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.