Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
14 décembre 2017 - 19:22 | Mis à jour : 15 décembre 2017 - 09:19

Une maman de Rigaud lance un appel à l'aide

Par Salle des nouvelles

« Ne t'inquiète pas maman, tu m'as appris à être forte, je me débrouille. »  Voilà le dernier message envoyé par Andréève Payment, 16 ans, via messenger, à sa mère, aujourd'hui en fin de journée.

Depuis vendredi dernier, la famille d'Andréève est pratiquement sans nouvelles de la jeune fille. Mis à part quelques communications écrites via les médias sociaux, personne ne l'a vue ou ne lui a parlé de vive voix. Habitant Rigaud depuis les 10 dernières années, Andréève habitait, jusqu'à tout récemment, chez son père à Saint-Polycarpe.

« Ce sont les travailleurs sociaux qui nous ont recommandé de transférer Andréève à l'école secondaire Soulanges, pensant que ça allait l'aider », nous explique la mère qui vit des moments d'angoisse.

Un lourd passé, pour une si jeune histoire

« J'ai sais que ma fille a besoin d'aide. Les choses ont changé dans la dernière année. Elle consomme un peu de drogue et souffre d'un TDAH important. Nous avons tenté à plusieurs reprises d'obtenir de l'aide, mais nous n'avons jamais été en mesure d'obtenir l'aide adéquate. »

Andréève Payment aurait quitté le domicile paternel depuis le vendredi 8 décembre. La croyant chez son copain, c'est seulement le mardi 12 décembre que le père a signalé la disparition de sa fille.

« Elle n'a pas de cellulaire, elle est partie sans sa médication, sans vêtements et avec très peu d'argent. C'est extrêmement difficile de savoir sa fille perdue à quelque part, en sachant très bien qu'elle n'a aucun contrôle sur sa propre personne », poursuit la dame.

Des appels à l'aide voilés

Les derniers mois laissent craindre à la famille et aux proches d'Andréève qu'elle pourrait être sous l'emprise d'un gang de rue ou sous une influence d'adultes inconnus.

« Dans les derniers mois, j'ai remarqué qu'elle communiquait avec beaucoup de nouvelles personnes, souligne la maman. Les derniers messages que j'ai reçus d'elle me laissent vraiment perplexe. Les messages sont confus. Elle me dit qu'elle est bien, qu'elle est chez une amie, qu'elle est loin, qu'elle va revenir, mais elle ne peut pas me dire où elle est. Je sais que c'est impossible, elle ne peut pas être chez une amie loin. Je sens un réel appel à l'aide voilé. »

En date d'aujourd'hui, la page Facebook de la jeune fille ne comportait aucune activité sauf, un changement de photo de profil datant du 3 novembre. Impossible d'y trouver aucune information ou communication

Des témoins affirment, par contre, avoir vu l'adolescente dans la région de Saint-Polycarpe lundi dernier. Selon les informations obtenues, elle aurait été vue en compagnie d'un homme. 

Quand il ne reste que l'espoir

La famille et les proches d'Andréève lancent un appel à l'aide. « C'est extrêmement difficile, on sent un vide. On ne comprend pas pourquoi nous en sommes rendu là. Je veux juste retrouver ma fille. Je ne peux pas la lâcher, je sais que si je la lâche, je la perds. »

La Sûreté du Québec a lancé un avis de recherche en fin de journée aujourd'hui, en lien avec la disparition de la jeune fille.

Andréève Payment mesurerait 1 m 75 (5 pi 9 po), pèserait 60kg (135 lb) et aurait les cheveux et les yeux bruns. La dernière fois vue, elle portait un pantalon legging noir, un manteau avec un capuchon bordé de fourrure et des souliers de marque converse noirs et blancs. 

Toute personne qui détiendrait des informations pouvant aider à retrouver cette personne est priée de communiquer avec la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.