Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
12 octobre 2017 - 14:29

Avenir de l’usine PFR de Kénogami : une délégation syndicale rencontre la députée Karine Trudel

Une délégation formée de représentants du Syndicat national des travailleurs et travailleuses des pâtes et papiers de Kénogami – CSN (SNTTPPK-CSN), de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN) et du Conseil central des syndicats nationaux du Saguenay – Lac-Saint-Jean (CCSNSLSJ-CSN), a rencontré la députée fédérale de Jonquière, Karine Trudel.

Elle lui a présenté sa vision de l’industrie forestière et son analyse de la situation de l’usine PFR de Kénogami qui, malgré l’état actuel de la situation selon les syndicats, bénéficie toujours des atouts stratégiques de l’approvisionnement, des ressources hydroélectriques et de la main d’œuvre.

« Notre usine de Kénogami a traversé les décennies en perdant beaucoup de plumes. Fermeture de machine après fermeture de machine, mises à pied par-dessus mises à pied, il ne reste désormais qu’une seule machine en opération. Au travers de la question de la protection du caribou forestier, la création des aires protégées de coupes et de la surtaxe américaine, nous sommes d’avis qu’il est important de parler d’investissements et de repositionnement, si nous voulons assurer la pérennité de nos 200 emplois directs et les plus de 500 emplois indirects dans la région » explique Gilles Vaillancourt, président du SNTTPPK-CSN.

La rencontre avec la députée fédérale de Jonquière se voulait la première étape d’une démarche exploratoire, initiée par le syndicat, sur la volonté des actrices et acteurs locaux à se joindre à un comité sur le repositionnement de l’usine Kénogami. Ce comité aurait comme objectif d’analyser la situation actuelle et de déterminer les nouvelles voies possibles afin de faire des propositions concrètes à l’entreprise.

« L’industrie forestière est en pleine transformation. Certains créneaux sont voués à disparaître, tandis que d’autres sont en plein essor. Nous sommes ici aujourd’hui afin d’appuyer le SNTTPPK-CSN dans leur démarche et de démontrer la nécessité d’encourager l’innovation. Il est important de mener des luttes pour faire face aux différents problèmes qui minent l’industrie, mais il faut aussi prévoir l’avenir et assurer que nos équipements soient mis à jour » ajoute Michel Tétreault, trésorier et responsable du secteur Forêt de la FIM-CSN.

L’accueil de la députée Karine Trudel fut favorable pour la délégation. Après avoir eu de bonnes discussions, elle leur a assuré son soutien et sa participation advenant la concrétisation de la démarche.

« Nous sommes satisfaits de notre rencontre aujourd’hui. La forêt est un pôle économique majeur pour la région et nous devons nous en occuper. Nous avons participé à plusieurs luttes importantes pour la survie de l’usine Kénogami et nous demeurons convaincus qu’il est possible d’en assurer la pérennité à long terme. Nous suivrons de près la démarche du SNTTPPK-CSN et nous offrirons tout le soutien nécessaire afin qu’ils atteignent leurs buts », conclut Engelbert Cottenoir, président du CCSNSLSJ-CSN.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.