Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
26 novembre 2014 - 05:00 | Mis à jour : 11:57

Concours de design TÉLIO : deux Saguenéens dans la course

Nancy Desgagné

Par Nancy Desgagné, Journaliste

Deux Saguenéens figurent parmi les 25 finalistes du concours Les créateurs mode de demain organisé par TÉLIO, une société textile. Grégoire Maisonneuve et Cloée Tremblay-Gallant auront la chance de présenter leur création lors d’un défilé exclusif en février 2015. Les grands gagnants seront annoncés lors de l’événement à Montréal.

Les créateurs mode de demain célèbre sa 10e année. Regroupant 22 écoles de mode à travers le Canada, il met au défi les futurs designers mode et leur donne la chance d’obtenir des bourses d’études et des prix. Pour l’édition 2015, les étudiants en design devaient soumettre un croquis créé à partir du thème LUX(e), qui fait référence à l’année internationale de la lumière.

Le jury du concours regroupe des professionnels réputés de l’industrie de la mode canadienne. Les créateurs ont jusqu’au 16 janvier pour livrer leur produit fini à leur école respective.

Âgé de 18 ans, Grégoire Maisonneuve de La Baie étudie en deuxième année en design de mode au Campus Notre-Dame-de-Foy. « Je voulais vraiment gagner, que mon croquis soit sélectionné par mon école. C’est une belle chance de se faire connaître », soutient-il.

Il travaille présentement sur son patron. Très créatif, son principal défi sera du côté de la confection. Grégoire Maisonneuve ne se dit pas préoccupé par la compétition, il trouve intéressant de voir les créations des autres et cela lui donne de la motivation pour se surpasser.

L’aspect compétition a le même effet sur Cloée Tremblay-Gallant de Chicoutimi qui étudie en gestion et design de mode à l’UQAM. En même temps de faire ses travaux de session, elle termine son patron. Ensuite, ce sera l’étape du prototype. Quand elle le jugera à son goût, elle pourra le coudre dans le vrai tissu.

L’étudiante perfectionniste excelle dans le côté conceptuel. Elle aura à travailler davantage sur les lignes parallèles de sa création, qui représentent une tâche technique plus difficile. « C’est le côté mathématiques de la mode », dit-elle.

Passion tôt ou tard?

Grégoire Maisonneuve se passionne pour la mode depuis qu’il est enfant. À six ans, il dessinait déjà des vêtements. C’est l’une de ses tantes qui a étudié en design de mode qui l’a initié. Il aimerait un jour avoir sa propre ligne et travailler dans le stylisme. « J’aime aussi l’illustration, j’aimerais pouvoir vivre de ça et faire plusieurs choses par rapport au design », mentionne-t-il.

Ce fan de Denis Gagnon, Nicolas Ghesquière et Tom Ford définit son style comme étant moderniste et minimaliste. « J’aime les coupes droites. Il peut y avoir beaucoup d’éléments, mais ils doivent être bien placés », dit-il.

Cloée Tremblay-Gallant affectionne également un style plus minimaliste et moderne. Elle apprécie l’œuvre de la designer québécoise Mélissa Nepton, chez qui elle a fait un stage. « J’aimerais avoir ma compagnie plus tard. Mélissa Nepton est un bon exemple. Elle est vraiment créative et elle a le côté affaires. J’aime les designers québécois. C’est un petit monde difficile et je trouve qu’il y a beaucoup de créativité au Québec, ça m’impressionne », mentionne-t-elle.

La passion pour la mode est apparue plus tard pour Cloée Tremblay-Gallant. « C’est arrivé graduellement. J’ai toujours aimé dessiner et j’étais attirée par les arts. Au cégep, je me suis rendue compte que j’allais toujours vers la mode. J’ai trouvé ma place. Je ne me verrais pas faire autre chose. C’est comme une évidence », dit-elle.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Saguenay-Lac-Saint-Jean se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Saguenay-Lac-Saint-Jean collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.